Performances en croisement de la race Texel avec des races ovines locales

Caractères étudiés

Parmi, les caractères contrôlés chez la brebis: la fertilité, la taille de la portée à la naissance et le poids de la portée au sevrage et chez l’agneau la viabilité et leurs poids ainsi que le GMQ30-90.

Durant la phase d’engraissement, le gain moyen quotidien en engraissement, l’indice de consommation, le poids vif d’abattage, le poids de la carcasse chaude le poids du gras mésentérique et le rendement de la carcasse ont été contrôlés. De même, la longueur de la carcasse, la largeur de la carcasse au niveau du gigot, la compacité de la carcasse, la longueur du gigot et le gras dorsal mesuré au niveau de la 13ème côte.

Sur les carcasses froides, les morceaux obtenus après la découpe normalisée des sept régions anatomiques de la demi-carcasse gauche sont l’épaule, la poitrine, le gigot entier (gigot + selle), le collier, le filet carré, le carré découvert et la queue. La composition en muscle, gras et os a été déterminée par dissection.

Résultats et discussion

Fertilité

Le mode d’accouplement de la brebis (race pure ou croisement) a eu un effet significatif sur sa fertilité (Fig. 1). Ce sont les brebis Timahdite en race pure ou en croisement avec le bélier D’man qui ont réalisé la fertilité la plus élevée, suivies par les brebis D’man en race pure. Les brebis accouplées avec les béliers Tb ont enregistré une fertilité inférieure, notamment avec la race Timahdite. Cependant, il faut noter que les béliers Tb ont été accouplés aux brebis pendant la période la plus chaude de l’année, très différente de la Belgique. Le taux enregistré dans cette étude reste élevé et indique que l’activité des béliers Tb a été intense dans des conditions très différentes de leur milieu habituel.

En moyenne la fertilité des brebis accouplées au bélier Tb (85%), tous génotypes confondus, est inférieure de 8% à celle des brebis D’man, Timahdite de races pures et DT toutes confondues. Il est aussi inférieur à celui enregistré antérieurement dans la même station d’El Koudia par les brebis accouplées aux béliers de races de croisement terminal d’origine française comme les races Ile-de France (89%), Lacaune (96%) et Mérinos Précoce (97%).

Taille et poids de la portée à la naissance et au sevrage

Le type d’accouplement a eu un effet très hautement significatif sur la taille de la portée à la naissance et le poids au sevrage. Les valeurs de la prolificité à la mise bas des brebis des différents génotypes (D’man, Timahdite et DT) sont similaires aux valeurs rapportées dans nos publications antérieures obtenues au niveau d’El Koudia, indiquant la faible prolificité de la race locale Timahdite et la prolificité élevée de la race D’man et de leur produit de croisement DT (Fig. 1).

En ce qui concerne la productivité pondérale à 3 mois après la mise bas, ce sont les brebis accouplées aux béliers Tb qui ont sevré le plus de kilos de poids vif par brebis (Fig. 2). L’effet de la race Tb a été favorable sur la productivité pondérale de la brebis. Ces résultats montrent une supériorité significative des brebis croisées DT sur les brebis de races locales Timahdite en race pure. De même, les brebis croisées ont tendance à préserver plus leurs produits au sevrage que les brebis D’man, indiquant une faible adaptation de la race D’man dans les conditions d’El Koudia.