Performances en croisement de la race Texel avec des races ovines locales

Composition en muscle

La dissection des différents morceaux, obtenus selon la découpe normalisée, de la demi- carcasse gauche montre que le génotype de l’agneau a eu un effet significatif sur la composition en muscle des différents morceaux. Le meilleur développement musculaire a été observé dans les morceaux de la carcasse des agneaux croisés Tb (Tab. 1). En effet, la supériorité de la composition moyenne en muscle des morceaux chez les croisés de pères Tb (tous confondus) sur les morceaux des races pures et DT (tous confondus) est de +5% pour le gigot, +4% pour l’épaule, +7% pour le filet carré, +8% pour le collier, +7% pour le carré découvert et +5% pour la poitrine.

Ce sont les morceaux de la carcasse de la race D’man pure qui ont présenté la plus faible composition en muscle. Comme attendu, l’effet de la race Tb sur le développement musculaire des agneaux croisés est plus que favorable et milite en faveur de cette race introduite pour la première fois au Maroc.

Composition en gras

La composition en gras des différents morceaux montre que le génotype a un effet significatif sur le dépôt de gras dans le gigot, l’épaule, le filet carré et le collier. Aucune différence significative n’a été observée pour le dépôt de gras dans le carré découvert et la poitrine. Cependant, pour les différents morceaux, ce sont les agneaux croisés Tb qui ont déposé le moins de gras. Les écarts en pourcentage entre ce groupe d’agneaux et celui du groupe composé des races pures D’man, Timahdite et croisés DT varient de 2 à 7%. En outre dans le groupe des croisés de type Tb, ce sont les agneaux Tb x Timahdite et Tb x DT qui ont déposé le moins de gras. Et que dans le groupe des agneaux de race pure ce sont les agneaux D’man purs qui ont déposé le plus de gras dans la carcasse.

Composition en os

La composition en os des différents morceaux de la demi-carcasse gauche, obtenus sur trois années d’étude, montre que le génotype n’a pas eu d’effet significatif sur la composition en os. De plus, les tendances  sont peu claires entre les différents niveaux des sources de variation. Toutefois, dans le gigot, la proportion d’os est moins importante puisqu’elle a varié entre 13 et 19% alors que dans l’épaule ou le cou la proportion d’os a été supérieure, et elle a varié entre 19 et 26%.

 Conclusion

L’étude des performances en croisement terminal de la race Texel belge avec les races locales D’man et Timahdite et la croisée DT a montré que les béliers Tb n’ont présenté aucune difficulté d’adaptation. La fertilité des brebis accouplées aux béliers de la race Tb peut être considérée comme élevée et sans différence aux races de croisement terminal françaises testées dans les mêmes conditions.

La productivité pondérale en kilo de poids vif par brebis mise en lutte est plus élevée dans le croisement impliquant la race Tb comparée aux races Timahdite, D’man et DT. En effet, les agneaux croisés de pères Tb ont montré des performances de croissance pré et post-sevrage supérieurs à celles des agneaux de race pure D’man et Timahdite. Cependant, ces agneaux n’ont pas montré de difficulté au moment de l’agnelage ni de signes d’inadaptation jusqu’à leur sevrage ou abattage.

En outre, les agneaux croisés de père Tb ont présenté à l’abattage une carcasse entière avec une bonne conformation et une bonne compacité. Ils ont également déposé significativement moins de gras dans leur carcasse. La composition des différents morceaux de la carcasse a montré la supériorité des morceaux issus de carcasses d’agneaux de père Tb en matière de développement musculaire avec un pourcentage de muscle nettement supérieur à celui observé dans les carcasses des agneaux Timahdite, D’man et DT. De même, le pourcentage de gras a été plus faible dans les morceaux issus des carcasses des croisements avec la race Tb. Quant au pourcentage d’os dans les morceaux il a été comparable et sans différence significative entre les agneaux croisés et purs.

Il ressort de cette étude que le croisement entre les béliers de race Texel belge, utilisés en monte naturelle, et les brebis de race locales a été très concluant. Ainsi, l’utilisation de la race Texel belge comme race de béliers de croisement terminal a un effet favorable sur le développement musculaire et la réduction des dépôts de gras dans la carcasse. La race Texel belge, utilisée en tant que race de béliers de croisement terminal, pourra contribuer à la diversification des schémas de production d’agneaux précoces de qualité et contribuer à l’augmentation et la diversification des schémas de la production des viandes rouges ovine maigre de qualité au Maroc.

 Dr. Moussa El Fadili

Institut National de la Recherche Agronomique, Rabat
elfadili.moussa@yahoo.com