Performances en croisement de la race Texel avec des races ovines locales

Croissance des agneaux

Durant la période naissance-90 jours, les agneaux croisés nés de pères Tb ont réalisé des poids et GMQ supérieurs à celles observées chez les agneaux de races pures D’man et Timahdite, indiquant un effet favorable des gènes Tb sur la croissance des agneaux (Fig. 3). Toutefois, la différence est non significative entre les agneaux issus des croisements Tb x D’man et D’man x Timahdite. La supériorité est seulement de 2,16 kg dans le croisement D’man x Timahdite pour le poids à 90 jours (Fig. 4).

Dans les études antérieures menées au niveau d’El Koudia avec les races Sardi et la race Timahdite, les agneaux issus des croisements impliquant les races améliorées d’origine française ont réalisé des poids à 90 jours légèrement supérieurs à ceux réalisés dans le croisement avec la race Tb. Les différences de croissance entre les agneaux croisés semblent être liées aux différences dans le gabarit et les poids adultes des béliers de ces races améliorées. La race Tb a un gabarit et un format inférieurs à ceux de la race Ile-de-France.

Viabilité des agneaux

A la naissance, le génotype de l’agneau n’a pas eu d’effet significatif sur la viabilité des agneaux, à l’exception des agneaux D’man de race pure. La viabilité des autres agneaux, notamment ceux issus des croisements avec la race Tb, sont similaires à celle des agneaux Timahdite purs ou croisés DT (Fig. 5). Cependant, au sevrage, le génotype a eu un effet très hautement significatif sur la viabilité des agneaux. Toutefois, les pertes en agneaux les plus importantes sont enregistrées chez les agneaux issus de brebis D’man élevées en race pure. Dans les croisements de la race de bélier Tb avec les brebis de races locales, les difficultés de mise bas (dystocie) n’ont pas été observées dans notre étude.

Performances à l’engraissement

Les agneaux ont été engraissés pour une période moyenne de 45 jours, sans différence significative entre les différents génotypes. Les agneaux croisés avec des proportions de gènes Tb de 25 et 50% ont présenté un GMQ à l’engraissement significativement plus élevés que les agneaux D’man, Timahdite et DT (Fig. 6). Les agneaux mâles et ceux nés simples ont été plus lourds de +4 et +5 kg à la fin de l’engraissement et avec des GMQ supérieurs de +60 et +25 g/jour en comparaison aux agneaux femelles et ceux nés triples.

Le génotype a eu un effet hautement significatif sur l’indice de consommation (Fig. 7). Ce sont les agneaux croisés de père Texel (Tb x Timahdite, Tb x DT et Tb x D’man) qui ont présenté les meilleurs indices de consommation. L’efficience dans la conversion des aliments par les agneaux croisés de type amélioré ont été observés dans différentes études impliquant les races Ile-de-France, Lacaune et Mérinos Précoce en croisement avec les races Timahdite, Boujâad et Sardi.