Réutilisation des eaux usées en agriculture au niveau des petites et moyennes communes

Indicateurs d’impact de l’épuration sur le milieu récepteur

En plus des impacts socio-économiques positifs sur la population de la localité de Drarga, l’épuration des eaux usées permettra d’anéantir un certain nombre de processus de détérioration du milieu récepteur et de nuisances pour la santé humaine et animale. Ceci est illustré par les indicateurs d’impacts récapitulés dans le tableau 7 (voir fichier PDF).

Pour évaluer l’impact réel de la réutilisation des eaux usées épurées à l’échelle du site du projet sur la pollution nitrique potentielle de la nappe, il conviendrait d’implanter des lysimètres. Ceci permettra d’évaluer les quantités réelles de nitrates lixiviées au delà de la zone racinaire pendant les différents cycles de cultures pratiquées.

En effet, dans le contexte de la zone du projet, et considérant le principe de la filière d’épuration des eaux usées, la pollution qui mérite le plus de surveillance est la pollution nitrique des eaux souterraines. En effet, l’azote nitrique non absorbé par les cultures pratiquées est susceptible d’atteindre la nappe phréatique. Ce phénomène de lixiviation des nitrates est facilité par le grand pouvoir filtrant des sols. Il faut également noter que la hauteur d’eau d’irrigation a une influence majeure sur la migration des nitrates.

Effets multiplicateurs du projet Drarga

Malgré la faible dimension du projet en termes du nombre d’agriculteurs impliqués et de superficie irriguée, ce projet de réutilisation aura un certain nombre de répercussions positives:

  • il représente un modèle pilote transférable aux autres communes riveraines de l’Oued Souss et à d’autres régions du Maroc;
  • il offrira un ensemble d’outils méthodologiques qui faciliteront la réalisation de projets similaires;
  • il jouera le rôle d’une station expérimentale et d’une unité pédagogique pour les établissements universitaires de la région: Complexe horticole de Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II à Aït Melloul et l’Université Cadi Aayad d’Agadir.

Il a un effet d’entraînement en matière d’assainissement solide. En effet, des projets en cours d’étude concernent la mise en place d’une unité de compostage des déchets ménagers. Ceci permettra de mettre en place un système de gestion intégrée des déchets liquides et solides. Une première étude de pré–faisabilité d’implantation de cette unité de compostage a été réalisée par l’USAID (Office of Environement and Urban Programs).

Un autre projet de mise en place de cette unité est soumis pour financement à la coopération belgo-marocaine. Ce projet sera exécuté par l’IAV Hassan II en collaboration avec la commune de Drarga et concernera tous les aspects relatifs: (i) au tri à la source, (ii) à la méthode de collecte, (iii) au processus de compostage, (iii) à la valorisation du compost et (iv) à l’impact du compost sur la qualité des sols et des eaux.

Par Prof. Brahim SOUDI(1), Dr. Mario KERBY(2) et
Prof. Rédouane CHOUKRALLAH(1)(2)

(1) Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II
(1)(2)Projet “Périnité des Ressources en Eau au Maroc” (PREM)