Réutilisation des eaux usées en agriculture au niveau des petites et moyennes communes

Contexte général

Chaque projet de réutilisation doit tenir compte de la spécificité du milieu et du contexte socio-économique

La commune de Drarga est située sur la rive droite de l’Oued Souss. Elle fait partie du chapelet des communes riveraines de l’Oued Souss et ne s’inscrit pas dans le Schéma d’Assainissement du Grand Agadir. La zone se caractérise généralement par une aridité croissante avec de très faibles précipitations et un fort pouvoir évaporateur de l’air. Le projet de réutilisation des eaux usées dans cette commune se caractérise parles aspects suivants:

  • Il s’agit d’une communauté de petits agriculteurs de niveau de technicité moyen mais ayant accumulé une ancienne expérience en irrigation et particulièrement du point de vue mode de gestion et de partage de l’eau. Ces agriculteurs se trouvent très touchés par la série des années de sécheresse. Ainsi, le projet mis en place permettra de donner à ces agriculteurs l’opportunité de capitaliser leur ancienne expérience en matière d’irrigation et de revitaliser leurs terres.
  • des sols à texture relativement légère à moyenne avec un taux d’infiltration élevé;
  • les interviews avec les agriculteurs concernés ont montré leur désir de garantir une autoconsommation en produits céréaliers et la promotion des cultures maraîchères rémunératrices;
  • la présence d’une association active ayant accumulé des expériences à travers des actions réalisées dans la commune avec la participation effective de la population locale;
  • la zone du projet fait une continuité avec le grand Agadir à vocation touristique qu’il convient de sauvegarder;
  • Le projet est à caractère pilote et jouera le rôle de modèle transférable à d’autres communes avoisinantes s’étalant sur plus de 100 km sur les deux rives de l’Oued Souss;
  • L’environnement se trouve sérieusement menacé par les rejets des eaux usées et par leur infiltration vers les eaux souterraines.

L’ensemble de ces aspects est pris en considération dans l’étude des options de réutilisation des eaux épurées en irrigation. En effet, la directive préalable à chaque projet de réutilisation des eaux usées exige une étude particulière pour tenir compte aussi bien de la qualité de l’eau utilisée et des caractéristiques des sols ainsi que du contexte socio-économique.

L’objectif de ce bulletin est de guider et rationaliser la réutilisation des eaux usées épurées. On exposera également les principales directives environnementales et sanitaires qui doivent être respectées pour garantir la pérennité de la qualité des ressources en eau et en sols et pour la protection de la santé humaine et animale.

La réutilisation des eaux usées brutes est à proscrire

On peut classer les constituants des eaux usées en deux catégories: des constituants néfastesreprésentés par les germes pathogènes, les micropolluants organiques et métaux lourds et les matières en suspension et des constituants bénéfiques qui enrichissent les sols: matière organique et éléments fertilisants. L’azote ne doit pas se trouver en concentrations élevées dans les effluents pour éviter la pollution nitrique des eaux souterraines et les effets négatifs sur la production végétale.

L’irrigation avec les eaux usées brutes sur la rive gauche de l’Oued Souss est une pratique courante (voir photo, page 2, voir fichier PDF). Dans ce cas, l’exposition aux risques sanitaires est maximale aussi bien pour l’ouvrier que pour le consommateur. Aussi, les sols sableux de cette région favorisent une infiltration de polluants et surtout de l’azote nitrifiable vers les eaux souterraines. Plusieurs puits ont atteint un niveau de pollution nitrique élevé et l’eau est devenue impropre à la consommation.

Cadre réglementaire

Dans ce qui suit, sont relatés quelques extraits de la Loi 10-95 sur l’Eau, en relation avec les eaux usées:

Article 54. Il est interdit:

  • de rejeter des eaux usées ou des déchets solides dans les oueds à sec, dans les puits, abreuvoirs et lavoirs publics, forages, canaux ou galeries de captage des eaux. Seule est admise l’évacuation des eaux résiduaires ou usées domestiques dans des puits filtrants précédés d’une fosse septique.
  • D’effectuer tout épandage ou enfouissement d’effluents et tout dépôt de déchets susceptibles de polluer par infiltration les eaux souterraines ou par ruissellement les eaux de surface.

Article 84. L’utilisation des eaux usées à des fins agricoles est interdite lorsque ces eaux ne correspondent pas aux normes fixées par voie réglementaire.