Productivité et rentabilité du maïs ensilage conduit en goutte à goutte dans les sables de Larache

Dans le cadre de sa convention de partenariat signée avec l’Etat en 2006, en vue de remettre en valeur la ferme de Bargha sise dans la région côtière de Larache, la société Mazaria a choisi d’investir en partie dans l’élevage laitier. Le projet prévoit un effectif de deux mille têtes de Holstein.

Télécharger

Parallèlement aux autres travaux de mise en place du projet (rénovation des bâtiments existants, construction des étables, installation du goutte à goutte), sur le plan agricole, les années 2006 et 2007 ont été consacrées à la constitution du premier stock de paille et de fourrage pour démarrer l’élevage.

A l’instar de ce qui se pratique déjà avec succès dans le Souss, c’est l’ensilage de maïs qui a été retenu comme aliment de base des vaches laitières.

Les quatre hypothèses de travail retenues pour déterminer le besoin en ensilage pour l’élevage sont:

  •  Une importation des génisses en deux fois (la moitié la première année et l’autre moitié la deuxième année);
  •  Un stock d’ensilage pour le démarrage d’au moins six mois;
  •  Une consommation moyenne par tête, tous lots d’animaux confondus, de 30 kg/j;
  • Au Maroc, l’option «achat» d’ensilage pour des élevages d’aussi grands effectifs comporte beaucoup de risques, faute d’offre suffisante et de produit de bonne qualité sur le marché.

En années sèches (fréquentes et imprévisibles), le prix de l’ensilage peut augmenter de façon considérable et compromettre la marge de rentabilité du lait, déjà très limitée quand l’ensilage est payé au prix usuel du marché, qui se situe les années de faible demande entre 400 et 500 Dh/tonne.

On conçoit bien que la stratégie présentant moins de risques pour le projet, est celle où l’essentiel (sinon la totalité) de l’ensilage est produit à la ferme. Le volume du stock minimum avant l’arrivée des génisses, doit être d’environ 6.000 tonnes pour la première année et le double pour la deuxième année, alors que le besoin annuel au régime de croisière (non compris celui des veaux et vêles) est d’environ 22.000 t.

En 2006, le maïs ensilage était très peu connu dans la zone Rmel de Larache. Le but de ce bulletin est de présenter les informations sur la production du maïs ensilage recueillies durant les deux années de démarrage du projet.