La Conduite et le pilotage de l’irrigation goutte à goutte en maraîchage

Conduite de l’arrosage et opérations de contrôle, d’entretien et de nettoyage du réseau de goutte à goutte

Dans ce qui suit on signalera les différentes opérations à suivre d’une manière chronologique pour réaliser l’arrosage d’un secteur d’irrigation, ensuite on exposera les principales opérations de contrôle, d’entretien et de nettoyage du réseau d’irrigation.

Conduite de l’arrosage d’un secteur

La mise en eau de chaque secteur peut se faire en ouvrant la vanne du secteur manuellement ou automatiquement. Si l’automatisme est hydraulique, on utilisera une vanne volumétrique sur laquelle est programmée le volume d’eau correspondant aux besoins du secteur d’irrigation. En cas d’automatisme électrique, le programmateur installé en station de tête pilote l’irrigation à distance à l’aide des électrovannes installées en tête de secteurs.

Opérations à réaliser au niveau de la station de tête

1- Consulter la durée recommandée pour l’arrosage et la fertigation du secteur à irriguer.
2- Contrôler l’état des filtres. Dans le cas d’eau chargée, un entretien fréquent du filtre à lamelles doit être réalisé. On ouvre ce filtre, on contrôle sa propreté, et on le nettoie en cas de besoin.
3- S’assurer de la disponibilité de la solution mère dans le (ou les) bac(s).
4- Démarrer la motopompe et noter l’heure (la vanne du secteur à arroser doit être ouverte auparavant).
5- Contrôler la pression affichée par le manomètre placé à l’entrée de la station de tête.
6- Contrôler la pression à l’entrée et sortie du filtre à lamelles.
7- Ouvrir les vannes (entrée et sortie) du matériel d’injection.
8- Ajuster la vanne de réglage de pression pour assurer le débit d’injection de la solution mère dans le réseau d’irrigation pour la durée d’injection calculée.
9- Contrôler la pression à la sortie de la station de tête.

Opérations au niveau du réseau ou secteur

10- Contrôler la pression à l’entrée du secteur.
11- Contrôler l’EC et le pH de la solution fille.
12- Contrôler le débit de quelques goutteurs.
13- Contrôler la pression à l’extrémité des rampes les plus éloignées.
14- Après expiation de la durée de fertigation, arrêter l’injection de la solution mère en ouvrant complètement la vanne de réglage de pression et en fermant les vannes (entrée et sortie) du matériel d’injection.
15- Irriguer à l’eau clair pendant 5 à 10 minutes pour rincer le réseau.
16- Contrôler à l’aide de compteur le débit envoyé sur le secteur d’irrigation.
17- Ouvrir la vanne du 2ème secteur et répéter les mêmes opérations d’arrosage de 1 à 16.

Opérations de contrôle du réseau d’irrigation
Contrôle de la propreté des filtres

Avant le démarrage de la motopompe, on nettoiera la purge de l’hydrocyclone et on ouvrira le filtre à lamelles pour contrôler sa propreté. Après démarrage de la motopompe, on pourra lire sur les manomètres la pression indiquée à l’entrée et la sortie du filtre à lamelles (figure 11)(voir fichier pdf) si la différence entre ces deux pressions est supérieure à 0,3 bars, il faut procéder au nettoyage. Ce même type de contrôle de la pression à l’entrée et la sortie peut être pratiqué pour d’autres types de filtres (filtres à sable et à tamis). Pour l’entretien de l’hydrocyclone, on nettoie la purge ou on ouvre la vanne de décharge. Le contrôle des filtres est fréquent lorsque les eaux d’irrigation sont chargées.

Contrôle pression dans le réseau

1- Contrôler tous les 15 jours le manomètre placé à l’entrée de la station de tête. Pour l’exemple de l’exploitation tomate, la pression doit être de 3,1 bars. Si cette pression n’est pas atteinte, ceci indique qu’un problème existe au niveau de la motopompe qui doit être réparée.

2- A l’aide des manomètres, contrôler la différence de pression entre l’entrée et la sortie du filtre, si celle-ci est supérieure à 0,3 bars il faut procéder au nettoyage du filtre.

3- Contrôler la pression à l’entrée et à la sortie de l’injecteur pendant la période de la garantie du matériel, pour voir si l’injecteur s’adapte bien au système et au mode de son installation.

4- Contrôler la pression à la sortie de la station de tête: minimum de 2,2 bars. Si cette pression n’est pas atteinte, c’est qu’il faut revoir les trois premiers contrôles.

5- Contrôler la pression à l’entrée du secteur: doit être de 1,2 bars. Si cette pression est faible et si la pression à la sortie de la station de tête est normale contrôler les fuites le long de la conduite principale ou au niveau des accessoires (vanne,…).

Contrôle du débit de l’installation

Le débit de l’installation sous une pression donnée pourra être mesuré régulièrement à l’aide d’un compteur monté en station de tête. Le volume d’eau délivré au secteur d’irrigation par heure pourra nous permettre de s’apercevoir de la baisse des débits due au colmatage progressif des distributeurs. Ce débit de l’installation pourra être estimé en mesurant le débit d’un échantillon de goutteurs qui fonctionnent bien et le multiplier par le nombre de goutteur par secteur. Cette mesure pourra se faire une à deux fois par an.

Contrôle du bouchage des goutteurs et de l’homogénéité de leur débit

Ce type de mesure pourra se faire obligatoirement en début de campagne pour les goutteurs déjà utilisés. Il peut être réalisé plus souvent en cas où les distributeurs sont anciens et où le réseau est mal entretenu, et chaque fois qu’on constate une hétérogénéité dans les irrigations.

Pour contrôler le débit des goutteurs ainsi que le coefficient d’uniformité de leurs débits, on place un récipient sous le goutteur et à l’aide d’un chronomètre on pourra mesurer le volume d’eau délivré par le goutteur par unité de temps. Ces mesures porteront sur 4 distributeurs par rampe sur au moins 4 rampes. Les rampes choisies sont la 1ère et la dernière rampes ainsi que les rampes situées au 1/3 et au 2/3 de la longueur du porte-rampe.

Sur une même rampe on choisira le 1er et le dernier distributeurs et les distributeurs localisés au 1/3 et 2/3 de la longueur de rampe. On classe les débits mesurés par ordre croissant. On calcule la moyenne (qmin) des 4 mesures de débit les plus faibles et la moyenne (q) de l’ensemble des débits mesurés. Le coefficient d’uniformité (CU) est égal à:

Cu = (qmin/q) x 100

Si CU est supérieur à 90, il n’y a pas lieu d’intervenir sur le réseau. Si CU est comprise entre 90 et 70, on doit nettoyer le réseau. Si CU est inférieur à 70, on doit rechercher les causes du colmatage et traiter. Le nettoyage des distributeurs se fera par purge et aussi par de l’eau de javel et de l’acide.

Contrôle de l’état des conduites et des accessoires

En cas de perte de pression à l’entrée du secteur et si la pression à la sortie de la station de tête est normale, il faut vérifier si il n’y a pas de fuite dans la conduite principale ou dans les pièces de raccordement et accessoires. On doit alors réparer et remplacer les parties défectueuses.