La carotte

La carotte

Plante et importance de la culture au Maroc

La carotte (Daucus carota) est une plante bisannuelle, à racines, appartenant à la famille botanique des Ombellifères. Elle est originaire de l’Europe du Sud. La partie consommée est la racine charnue. Le légume est d’une haute valeur nutritive; il est riche en vitamine A. Au Maroc, la carotte est cultivée partout dans le pays et le long de l’année.

Télécharger

Préférences pédo-climatiques

La plante est de saison froide. L’optimum de germination des graines est de 18°C. Le minimum est de 7°C. L’optimum de croissance est de 20-27°C. La couleur des racines est meilleure lorsque la température de l’air est de 16-21°C. Cette température doit être maintenue dans cet ordre de grandeur 3 semaines avant la récolte. A une température supérieure à 30°C, la croissance des feuilles est ralentie et les racines développent une odeur, réduisant de leur valeur marchande. La tolérance au gel est courante chez la carotte. La culture n’est pas exigeante en qualité de sol. Cependant, un sol caillouteux est à éviter afin d’obtenir des racines non fourchues. Le sol idéal est un limon sableux. Le pH optimal du sol est de 5,5-7. Un sol trop lourd résulte en des racines formant des poils.

Variétés, travail de sol, semis et plantation

Les principales variétés utilisées au Maroc sont la Nantaise améliorée, Racelido, Racedalbon, Nandor, Favor et Ivor. Le consommateur demande des racines à couleur orange vive, de belle forme et sans poils. Ceci amène à l’utilisation de matériel végétal hybride (exemple de variétés américaines: Avenger, Caropak, legend, Navajo, Flame et Neptune). Le semis est toujours direct en place définitive. La transplantation provoque la formation de racines fourchues. Le nombre de graines par gramme de semence est de 500 à 1.000 selon les variétés. Pour l’industrie, le semis est généralement plus dense que pour le marché en frais. Le terrain doit être labouré en profondeur, nettoyé des obstacles, roulé puis modelé en cuvettes en culture irriguée ou nivelé, à plat en culture bour. En irrigué, le semis est effectué en lignes rapprochées. En bour, le semis est en bandes à jumelées écartées de 0,7-0,8 m. L’installation de la culture se fait durant toute l’année sauf en période très froide ou pluvieuse (Décembre-Janvier) afin d’éviter la montée à graines (vernalisation) et la production de semences. Après semis, il est conseillé de procéder à un roulage du sol. Le besoin en semences est de 6-7 kg/ha. La levée est généralement lente (25-30 jours en période froide printanière; les producteurs sèment en même temps du radis en lignes, éloignées d’une dizaine de cm des lignes de carotte afin de les identifier et de bénéficier du terrain pour une autre culture hâtive). L’arrangement des plantes sur le terrain est de 20 cm entre lignes x 5-6 cm dans le rang en cuvette; 0,7 m entre jumelées x 20 cm dans la jumelée x 5-6 cm dans le rang en culture en bour. La densité de plantation est de 60.000 à 80.000 pieds/ha.

Irrigation

Le sol doit être bien humidifié avant le semis. Après le semis, on réduit l’apport d’eau afin d’éviter les maladies et la pourriture des graines. Un ou deux légers arrosages peuvent être donnés durant la période de levée afin que celle-ci soit homogène et accélérée. Après la levée, le sol doit toujours être à sa capacité au champ. Tout déficit hydrique est suivi d’une perte de rendement. Une alternance humidité-stress hydrique provoque la fissuration des racines. Une irrigation bien menée favorise la bonne coloration des racines. Un excès d’eau, résultant d’une irrigation impropre ou une mauvaise structure de sol (mal travaillé) provoque la mal coloration et la forme fourchue des racines.

Fertilisation

Un apport de fumure de fond est conseillé sur sol pauvre. Si le fumier est disponible, il est recommandé d’en apporter des quantités copieuses (20-40 T/ha). On apporte également 80 kg N/ha + 100 kg P2O5/ha + 250 kg K2O/ha. En couverture, on apporte 20 kg N/ha + 40 kg K2O/ha au stade 4ème-5ème feuille et 40 kg K2O/ha au stade début grossissement des racines. La plante tolère le bore et répond bien à un apport de cuivre et de manganèse. Un excès d’azote provoque la formation de racines fourchues.

Principaux ennemis de la culture et méthodes de lutte

Les mauvaises herbes (cuscute), les pucerons, les nématodes et la mineuse sont les ennemis les plus redoutables de la culture. La lutte doit être préventive et efficace. La plupart des nématicides sont aussi efficaces contre les mauvaises herbes. Les fongicides et les insecticides ne doivent pas être utilisés excessivement. La lutte intégrée, utilisant les prédateurs d’insectes et les méthodes biologiques et culturales est le meilleur moyen pour éviter les problèmes phytosanitaires. La carotte ne doit pas être plantée à proximité d’un champ de coton ou de melon afin d’éviter les mouvements des pucerons. Les maladies de la carotte sont également nombreuses et risquent de provoquer la formation de racines fourchues: Pythium, Sclerotinia, Rhizoctonia et Macrophomina spp. L’oïdium attaque aussi la culture en temps humide et chaud. La carotte ne doit pas suivre la luzerne sur une même parcelle; il y a formation de cavités dans les racines (carotte à cavités); l’agent pathogène responsable de ce problème est le Pithium violea. Des traitements fongiques préventifs sont nécessaires afin d’éviter cette maladie. Une bonne préparation du sol, éliminant l’excès d’eau et favorisant l’aération du sol, est à l’origine d’une culture saine, réduisant les risques de bactériose (Erwinia carotovora), Sclorotium rolfsii, Alternaria… etc. Le choix de semence saine est également impératif. La rotation culturale doit être respectée; la carotte ne doit pas revenir sur la même parcelle avant 5 années afin d’éviter l’alternaria et les nématodes. La lutte contre les pucerons réduit les risques des viroses.

Récolte et manipulation du produit et conditions d’une bonne conservation

La récolte se fait au fur et à mesure des ventes. Celles-ci se font ou bien en présentant les racines sous forme de buttes, munies de leur partie aérienne, ou bien en vrac, sans feuillage. Lors du cheminement du produit vers le marché, il faut faire attention pour ne pas endommager les racines par des blessures. Le rendement moyen national est de 20 T/ha. Les racines de carotte se conservent bien dans le sol pour une durée de moins d’un mois. Elles se conservent également en chambre froide, à 0°C et 99% HR après lavage dans une solution à 100 ppm de chlorure (à pH 6,5-7,5) et refroidissement. Les carottes récoltées d’un sol sableux ne nécessitent ni lavage ni enlèvement du feuillage avant leur conservation. Il suffit de les secouer pour enlever le sol qui adhère sur les racines et de les serrer dans du plastique fin. La conservation dans ces conditions peut durer 6 à 7 mois. Le local de conservation ne doit pas contenir des pommes ou des poires ou des produits qui génèrent l’éthylène; car il provoque le goût amer des carottes.

Prof. Ahmed Skiredj, Prof. Hassan Elattir
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat
Et Prof. Abdellatif Elfadl
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Agadir