La Conduite et le pilotage de l’irrigation goutte à goutte en maraîchage

Opération d’entretiens et de nettoyage

L’entretien régulier des éléments du réseau s’effectue, en début, au cours et à la fin de la culture, en vue d’éviter le problème de colmatage des distributeurs. Ce colmatage est lié à la qualité et l’origine de l’eau. L’analyse de l’eau permet de déterminer les risques potentiels de ce colmatage. Il existe trois type de colmatage: le colmatage biologique causé par les algues, les bactéries, les champignons; le colmatage physique dû à la présence de dépôt de particule fine, de sable, de limon ou d’argile ainsi que des corps étrangers (plastiques,…) ; et le colmatage chimique dû au problème de précipitation calcaire, ou cimentation de limon ou d’argile.

En général, les eaux de surface (oueds, barrage, …) renferment des algues, des bactéries, et des composés organiques responsables du colmatage biologique; et des particules très fines responsables du colmatage physique. Les eaux souterraines peuvent être chargées en sable (responsable du colmatage physique) ou en ions bicarbonates (responsables du colmatage chimique).

Pour le colmatage physique on doit prévoir un système de filtration composé d’un hydrocyclone et de filtres à tamis ou à lamelles et intervenir par des opérations de nettoyage de filtre et de réseau (purge). Pour le colmatage chimique, on doit traiter chimiquement à l’acide pour neutraliser les ions bicarbonates. Pour le colmatage biologique on doit prévoir un système de filtration composé de filtres à sable et de filtres à tamis ou à lamelles. Dans le cas d’utilisation de bassin, il faut le maintenir propre en procédant régulièrement à son nettoyage en réalisant des curages.

Traitement chimique de l’eau d’irrigation

Le traitement chimique prévoie une injection de l’eau de javel et de l’acide dans l’eau d’irrigation. Pour lutter contre le colmatage biologique, on injecte de l’eau de javel (1 à 5 ppm c’est à dire 1 à 5 g/m3 d’eau). Pour le colmatage chimique, dû au problème de précipitation calcaire, ou cimentation de limon ou d’argile, on doit injecter de l’acide. Au cours de la culture, on injecte l’acide nitrique à raison de 300 ml/m3 d’eau pour traiter les eaux riches en ions bicarbonates. En fin de culture, juste avant la fin des irrigations, on traite à l’acide à 2%o en vue de nettoyer le réseau et surtout les distributeurs.

Nettoyage des filtres

Lorsque on ouvre le filtre à lamelles et que celui-ci est sale (figure 12)(voir fichier pdf), on sépare les disques (ou lamelles) entre elles et on envoie un jet d’eau clair en vue d’évacuer les impuretés.

Lorsque la pression baisse à la sortie d’un filtre et la différence avec la pression à l’entrée dépasse 0,3 bars, le filtre se colmate, il est nécessaire de le nettoyer.

Le nettoyage se fait différemment suivant le type de filtres. Le nettoyage d’un filtre à sable se fait par contre lavage, en faisant passer de l’eau filtrée en sens inverse de la filtration, par un jeu de vannes. Les impuretés sont évacuées à l’extérieur par le courant d’eau. Le lavage du sable du filtre se fera une fois par an et on doit le changer une fois par deux ans. Le nettoyage du filtre à tamis se fait par brossage et rinçage des tamis. La brosse doit être souple et non métallique.

Le montage de certains filtres à lamelles permet de faire un flashage pour évacuer les impuretés en ouvrant un robinet situé à la partie basse du filtre. Ce système de flashage pourra être appliqué également pour évacuer le sable déposé dans la purge de l’hydrocyclone.

Le nettoyage des filtres à sable, à tamis ou à lamelles peut être automatique. L’automatisation est commandée soit par la différence de pression entre l’entrée et la sortie du filtre, soit par une horloge (nettoyage à période fixe). Le nettoyage automatique est conseillé notamment lorsque la qualité de l’eau nécessite plusieurs nettoyages par jour.

Vidange et purge du réseau

La vidange ou purge du réseau doit se faire à son installation, en début et en fin de culture et chaque fois qu’on intervient ou qu’on répare le réseau. A la première mise en eau et en fin de saison, la purge du réseau se fait dans le but d’évacuer les sédiments qui se sont déposés. En cours de campagne, la purge concerne le nettoyage des rampes et antennes en vue d’assurer un bon fonctionnement des distributeurs. On doit purger les bouts de rampes 1 à 2 fois tous les deux mois.

Pour purger le réseau d’un secteur d’irrigation localisée, on ouvre les bouchons des porte-rampes ainsi que les extrémités des rampes et ensuite la vanne. on augmente momentanément la pression de l’eau dans le système lui-même ou à l’aide d’un compresseur (surpresseur). Le mélange air-eau est efficace pour déboucher les goutteurs. On laisse couler l’eau jusqu’à ce que celle-ci soit claire. Ce nettoyage du réseau se fait vue d’éviter le bouchage des distributeurs.

En cas de fuites dues à des perforations ou casses de conduites ou détérioration des vannes ou autres pièces ou raccords on doit les réparer ou remplacer les parties défectueuses pour éviter les pertes d’eau et de pression et juste après purger le réseau.

A la fin de la campagne, après une première purge des antennes à l’eau claire; on injecte l’acide à forte dose (descendre jusqu’au pH 2,0) et on s’assure que le dernier goutteur du secteur a bien reçu la solution acide. On laisse l’acide agir pendant 24 heures, on purge et on rince avec une eau ramenée à pH 5,2.