Productivité et rentabilité du maïs ensilage conduit en goutte à goutte dans les sables de Larache

Rentabilité de la culture

Dans les limites des données recueillies sur le sujet en deux ans (Tableau 10), il faut retenir la valeur de 390 Dh/t comme prix de revient de référence de l’ensilage de maïs à Mazaria, toutes sources de variation confondues, et maïs arrivé en fosse.

Ce prix de revient est susceptible de variations sensibles selon le cycle végétatif (long, moyen, court) et selon les conditions spécifiques de production de la campagne. Il est fortement grevé (410 Dh/t) en présence de dépense élevée notamment de main d’œuvre pour le désherbage (parcelles infestées de chiendent) ou pour ramasser une récolte tardive versée après une forte tempête automnale (600 Dh/t).

Les plus faibles prix de revient sont obtenus quand la ressource utilisée pour irriguer est un droit d’eau sur l’Oued non payant (< 260 Dh/t) ou lorsque le maïs d’été est resté propre puis arrosé par la pluie en octobre/novembre (< 300 Dh/t).

Dans le contexte de l’expérience vécue, l’eau d’irrigation représente la dépense la plus importante de la structure du prix de revient du maïs, avec 28,9 % (dont environ les 2/3 pour l’amortissement du goutte à goutte et 1/3 pour payer la facture d’eau à l’Office Régional), suivi ensuite des frais de fertilisation (12,5%), de main d’œuvre (11,9%), des frais de récolte (11,6), carburants et lubrifiants (7,9 %), les traitements phytosanitaires (6,4 %) et par le reste, y compris la valeur locative de la terre (ou la moitié de cette valeur plus exactement) avec 20,6 %.