Productivité et rentabilité du maïs ensilage conduit en goutte à goutte dans les sables de Larache

Discussion et conclusion

Les campagnes 2006 et 2007 ont été une occasion pour recueillir les premières informations sur la production du maïs ensilage dans la zone sableuse de Larache.

Dans cette zone, la culture est possible deux fois par an. Le premier semis peut être réalisé début avril (voire fin-mars) en vue d’une récolte début juillet, et le second semis fin juillet en vue d’une récolte fin octobre/début novembre. Des semis trop tardifs de fin août/début septembre avec des récoltes débordant sur décembre, voire janvier/février sont possibles mais au prix d’une importante baisse de la productivité et surtout de la qualité de l’ensilage, en particulier si la variété est sensible au froid.

Dans la zone, la productivité moyenne aisément réalisable au goutte à goutte, sur de grandes superficies, se situe autour de 55 t/ha pour les cycles longs et 35-45 t/ha pour les cycles moyens et les cycles courts.

A en juger d’après les résultats obtenus dans les sables noirs de la ferme, riches en humus, des progrès substantiels sur les rendements semblent possibles par rapport aux chiffres ci-dessus, notamment par un éventuel enrichissement en fumier de bovin.

Dans les régions continentales, la productivité et le ratio épi/tige comme critères de qualité, peuvent s’avérer suffisants pour choisir l’hybride à cultiver. Dans la zone côtière il faut, en plus de ces critères, rechercher des variétés à gêne HE, sélectionnées pour tolérer l’Helminthosporiose.

Dans les limites des résultats disponibles, globalement Cecilia, PR34A92, PR36B08, Pegaso et Dracma semblent les meilleurs hybrides cycle long et Samsara, Panama, Chagall et PR34Y95 comme cycle moyen.

Il faut semer 90.000 à 100.000 grains/ha, à des écartements de 95 cm entre lignes jumelées, 45 entre les lignes et à des espacements de 14,6 cm sur la ligne. Du fait des risques de déterrage de la semence par le vent, en été, la graine doit être placée à une profondeur de 4/5 cm et suivie immédiatement d’une dose d’irrigation de 25 mm au goutte à goutte.

Outres le désherbage chimique et le binage mécanique afin de garder la culture propre, les principaux ennemis de la culture, sont les noctuelles en particulier l’Héliothis, spodoptera spp et la sésamie. Les attaques sont généralement plus importantes sur les semis d’été que sur ceux du printemps.

Avec le goutte à goutte bien géré, la consommation d’eau d’irrigation se situe autour de 450 mm/ha pour le cycle long (indice FAO>500) et 330 pour le cycle moyen (indice FAO < ou = 400), et celles des engrais autour de 250 unités d’azote (200 pour le cycle moyen), 110 unités de phosphore (80 pour le cycle moyen) et 250 unités de potasse (220 pour le cycle moyen).

Aït Houssa A., Moutia S., Belbasri M., Hsayni M, Loultiti MR.
Société Mazaria, Larache (Maroc)