Réalisation d’un pollinisateur du palmier dattier

Réalisation d’un pollinisateur du palmier dattier

A. NOURANI1, A. KADRI2, Z. BENGUIGA1, M. MEHENNI1, A. SALEM1, F. KACI3

1 Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides (CRSTRA), Biskra, Algérie
2 Institut d’Agronomie, Université de Chlef
3 École Nationale Supérieure d’Agronomie

Résumé

Plusieurs chercheurs ont tenté de mécaniser la pollinisation de palmier dattier au vu de son importance. En effet, le présent travail contribue à l’enrichissement de ce sujet mettant à la disposition des phœniciculteurs un nouveau dispositif de pollinisation. Le pollinisateur réalisé est constitué d’une poudreuse montée à la tête d’une perche télescopique. Nous avons mené des tests sur ce pollinisateur à Touggourt et à Biskra (Algérie). Le rendement obtenu par le pollinisateur a été le même que celui obtenu par la méthode traditionnelle. L’appareil a coûté une somme qui est moins que le coût de pollinisation de plus de 25 palmiers par la méthode traditionnelle. De plus la pollinisation par l’appareil a duré la moitié du temps que celle exigée par la méthode traditionnelle. La sécurité de l’agriculteur est bien assurée puisque il ne grimpe plus les palmiers, ce qui est aussi très important. Ce travail propose une alternative efficace, vu les résultats prometteurs obtenus avec le pollinisateur sur les plans économique, sécuritaire et gain de temps. Et lorsque la fonction de ce pollinisateur se base sur la dispersion de pollen, nous avons déterminé que le meilleur pourcentage pollen/farine de blé est de 20%.

Mots clés: Palmier dattier, pollinisation, mécanisation, main d’oeuvre, pollinisateur

INTRODUCTION

La culture du palmier dattier occupe une place importante dans le système de production algérien et constitue une ressource majeure pour la majorité des habitants des régions sahariennes du pays. Les statistiques révèlent qu’il y a plus de 18 millions de palmiers qui occupent une superficie dépassant les 160 mille hectares (Benziouche et Cheriet, 2012). L’Algérie est connue pour sa production de la Deglet Nour, une variété de dattes originaire de la région de Biskra et qui a une grande valeur commerciale. Ceci est dû essentiellement à l’administration coloniale et à l’état algérien qui ont favorisé la culture de ce cultivar, vue la demande du marché international.

Le palmier dattier est une plante dioïque comportant des pieds mâles (Dokkar) et des pieds femelles (Nakhla). Pour une bonne production de dattes, la pollinisation constitue une opération cruciale. Actuellement en Algérie, l’opération consiste à attacher deux ou trois épillets mâles avec les inflorescences femelles. Pour les palmiers les plus hauts, la pollinisation est plus difficile à réaliser car l’opérateur doit monter à plusieurs reprises (jusqu’à cinq fois) selon l’ouverture des spathes.

Plusieurs recherches ont été menées pour mécaniser la pollinisation au vu de son importance et de sa difficulté. A cet égard, Ibrahim et al., (1987) ont développé un pollinisateur mécanique pour le palmier dattier, qu’ils ont appelé Alnahreen Polinator, dont le principe de fonctionnement est le poudrage de grains du pollen sur les inflorescences femelles. Également, Yahia (2009) a conçu un pollinisateur qui se compose d’un moteur électrique de 12V alimenté par une batterie, d’une trémie et d’un tambour vibrant en plastique, qui tourne à une vitesse réduite par rapport au moteur électrique. Mostaan et al., (2010) ont publié une recherche sur un pollinisateur électrique. Ce dernier se compose d’une perche télescopique, d’un distributeur d’air, d’un tuyau de pollen, d’une buse et d’une télécommande. Selon les auteurs, l’étude comparative a montré que l’utilisation de ce pollinisateur est plus avantageuse que la méthode traditionnelle en matière de fécondité.

De ce fait, le présent travail contribue à l’enrichissement de ce sujet mettant à la disposition des phœniciculteurs un nouveau dispositif de pollinisation. Ce pollinisateur a été réalisé et testé au sud algérien, plus exactement à Touggourt en 2014 et à Biskra (El-Outaya) en 2015.

Fichier PDF sur Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires