Gestion des ressources halieutiques au Maroc et modes d’accès: Le modèle des «Anti-Commons» et la pêcherie poulpière

Gestion des ressources halieutiques au Maroc et modes d’accès: Le modèle des «Anti-Commons» et la pêcherie poulpière

AZAGUAGH1 et A. DRIOUCHI2

1 Institut National de Recherche Halieutique, Casablanca

2 Université Al Akhawayn, Ifrane, Maroc

Résumé

La plupart des stocks de poissons sont actuellement menacés par la surpêche et la mauvaise gouvernance. La défaillance managériale des pêcheries a des répercussions négatives sur la valorisation de ces ressources et leur durabilité. L’échec ou l’imperfection de coordination sont parmi les raisons de cette situation. L’objectif de cette étude est d’élucider les problèmes liés à la coordination dans la pêcherie poulpière en insistant sur les effets des «anti-commons» en tant que principale raison de l’échec de coordination. Les «anti-commons» font référence à l’ensemble des connaissances et expertises partagées entre plusieurs preneurs des décisions, dispersés et mal connectés. Nous avons utilisé le modèle des «anti-commons» développé par Driouchi et Malki (2011). La majorité des paramètres estimés sont différents de zéro au seuil de 1% et 5%. L’estimation de la variation conjecturale et de l’indice de Lerner ont permis de constater que le marché du poulpe est un marché oligopolistique imparfait confirmant la prévalence des effets des «anti-commons». La pêcherie poulpière est caractérisée par une forte concentration de l’offre dans les mains d’un nombre restreint d’opérateurs qui sont propriétaires d’un nombre élevé de bateaux. Ceux-ci ont réussi à imposer leurs décisions en matière de gestion de cette pêcherie.

 Mots-clés: Anti-commons, coordination, pêcheries, poulpe, management, marché, collusion.

Management of fisheries resources in Morocco and modes of access: The «Anti-Commons» model for the octopus fishing

Abstract

International fish stocks are mostly overexploited due to overfishing and governance inefficiency. The fishery management failure has negative consequences upon the resource valuation and sustainability. Imperfection in coordination is among the reasons of this management failure. This paper looks at the coordination problems in the context of Moroccan octopus fishery. Among the causes of the coordination imperfection is anti-commons, which refer to shared knowledge and expertise among disconnected and separated decision makers. We used a theoretical economic model developed by Driouchi and Malki (2011). The most estimated parameter coefficients are significant at 1% and 5% levels. The Lerner index and the conjectural variation elasticity values indicate that the octopus market is imperfect which confirms the prevalence of anti-commons effects. The octopus supply is concentrated in a handful number of operators, which own large numbers of fishing vessels. These owners have succeeded to impose their decisions in relation to fishery management.

 Keywords: Anti-commons, coordination, fisheries, octopus, management, market collusion.

INTRODUCTION

La pêche est une activité économique qui génère une importante valeur ajoutée et contribue à la création de l’emploi. Elle joue également un rôle capital dans l’amélioration de la santé et la réduction de la pauvreté (FAO, 2014). Au Maroc, la valeur de la production halieutique en 2014 a été environ 10,74 milliards de dirhams, ce qui représente 2 à 3 % du PIB (MPM, 2015). Cependant, la plupart des stocks sont menacés de surexploitation à cause de la surpêche et de la mauvaise gouvernance (FAO, 2014 et OCDE, 2014).

La durabilité des ressources halieutiques ne sera assurée qu’à travers des systèmes de gestion qui peuvent adapter le niveau de pression de la pêche au niveau des stocks optimal. La variable de contrôle principale à cet effet est l’effort de pêche. La défaillance managériale des pêcheries a des répercussions négatives sur la valorisation des ressources et leur durabilité. Les raisons de cette défaillance sont multiples et mal connues. L’échec ou l’imperfection de coordination sont à mentionner parmi ces raisons.

Cette étude vise à élucider les problèmes liés à la coordination dans la pêcherie poulpière. Celle-ci a été introduite comme réponse à la fragmentation des décisions. Les «anti-commons» figurent parmi les raisons de l’échec de coordination (Driouchi, 2016). Alors que dans les «commons» tous les membres de la communauté ont le libre droit d’utiliser des ressources communes et rares et personne ne peut exclure les autres membres, les «anti-commons» font référence à la situation où plusieurs co-usagers détiennent des droits d’exclusion les uns vis-à-vis des autres concernant l’utilisation des ressources, mais personne ne peut effectivement utiliser cette ressource.

La pêcherie poulpière est une pêcherie composite constituée de trois segments distincts. Sa gestion est assurée par le Département des Pêches Maritimes et se base sur le système des quotas. L’exploitation de cette pêcherie a été marquée par la divergence des intérêts des opérateurs économiques ayant aboutis à la surexploitation des stocks. Les intérêts des grands opérateurs de la pêcherie poulpière ont prédominé les décisions visant à préserver la ressource. Cette situation avait causé l’échec des décisions importantes prises par le Département des pêches, en l’occurrence celles relatives aux repos biologiques, à la répartition des quotas, à la politique des prix et aux plans d’aménagement et de restructuration de la pêcherie poulpière. Ces échecs mettent en relief l’imperfection de la coordination entre les différents opérateurs économiques du secteur des pêches. Ces derniers ont ainsi enduré des coûts privés et sociaux élevés en passant par plusieurs crises financières, économiques et sociales.

Les résultats obtenus ont permis de conclure que la défaillance du processus décisionnel dans la pêcherie poulpière était le résultat d’une insuffisance de coordination dû principalement à une situation des «anti-commons» où des opérateurs de la pêche détenant des droits d’exclusion finissent par bloquer la gestion de la pêcherie poulpière. Par conséquent, les stocks sont épuisés et l’utilisation de la ressource est inefficiente. Nous avons testé l’imperfection du marché du poulpe confirmant ainsi la prévalence des «anti-commons».

La présente étude est structurée en cinq principales parties. La première partie examine la situation des «anti-commons» et ses répercussions en relation avec les modes d’accès aux ressources communes dans le contexte de la politique de gestion des pêches au Maroc. L’analyse des particularités de la pêcherie poulpière et son rapprochement aux «anti-commons» constituera la deuxième partie. Ensuite, nous aborderons la méthodologie de travail adoptée et les principaux résultats obtenus. Nous terminons par une discussion.

Source sur Revue Marocaine des Sciences Agronomique et Vétérinaires et ficher PDF

https://www.agrimaroc.org/index.php/Actes_IAVH2/article/view/662