Systèmes accélérés de reproduction chez les ovins

Les différents systèmes d’agnelages

L’agnelage accéléré est le fait d’agneler plus d’une fois par an. Ce système, qui suppose une conduite intensive, permet d’augmenter le nombre d’agneaux élevés au cours d’une période donnée. Cependant, il augmente également le coût de la production car il nécessite plus d’aliments, de main d’œuvre et de bâtiments d’élevage. L’agnelage accéléré n’est pas recommandé pour les éleveurs qui n’ont pas encore atteint la production maximale à partir du système classique d’un agnelage par an.

Un seul agnelage par an

C’est le système normal de reproduction chez les ovins. Les brebis sont lutées durant la saison sexuelle qui s’étend de mai jusqu’à décembre. Si la brebis est saillie, l’agnelage aura lieu entre octobre et mai. Elle sera remise en lutte à la saison sexuelle suivante. L’intervalle entre deux agnelages est d’un an. Par contre, si la brebis n’a pas été saillie durant toute la saison sexuelle, elle attendra la saison sexuelle suivante pour le faire. Dans ce cas, l’intervalle entre deux agnelages serait de deux ans (Tableau 1)(voir fichier pdf).

Ce système de reproduction est traditionnel. Il est adopté dans le cas d’une conduite extensive, avec une forte dépendance vis-à-vis du parcours. C’est le système d’agnelage qui est appliqué dans plus de 95% des exploitations marocaines. Il est caractérisé par une productivité faible et ne profite pas de l’efficacité reproductive des ovins.

Dans ce système, la production est saisonnière puisque plus de 90% des agnelages sont concentrés entre les mois d’octobre et de janvier. De même, ce système n’est pas très rentable pour l’éleveur car les prix des agneaux à la vente sont faibles. En effet, la concentration des agnelages sur une courte période fait que les agneaux sont également prêts pour la vente à la même période (avril – juillet). Ce qui fait que les prix diminuent suite à une offre élevée.

Deux agnelages par an

Pour qu’une brebis réalise 2 agnelages par an, il est nécessaire qu’elle soit saillie durant le mois qui suit l’agnelage. En effet, la durée de gestation des brebis est en moyenne de 146 à 148 jours. C’est une caractéristique raciale qui varie très peu d’un individu à l’autre. Cette constante biologique laisse uniquement (365-2(148))/2= 34,5 jours à (365-2(146))/2= 36,5 jours après l’agnelage pour que la brebis soit saillie si elle veut effectuer 2 agnelages par an. Or ceci est presque impossible à réaliser car la mise bas est toujours suivie d’un repos sexuel dû à la lactation dont la durée est au minimum supérieure à 40 jours. De plus, cette durée est d’autant plus longue que la brebis allaite un agneau. Par conséquent, le système de 2 agnelages par an est difficile à suivre car peu de brebis sont capables d’être saillies durant le mois qui suit l’agnelage. Néanmoins, chez la race D’man, caractérisée par une saison sexuelle longue et un anœstrus post-partum court, presque 50% des brebis sont capables d’accomplir deux agnelages par an.

Dans ce système, l’intervalle entre deux agnelages est de 6 mois. Si une lutte est ratée, cet intervalle devient égal à 12 mois (Tableau 1)(voir fichier pdf).

Au Maroc, trois périodes d’agnelage sont connues: “Bekri” (précoce: octobre-novembre), “Wasti” (milieu: décembre-janvier) et “Mazouzi” (tardif: février-mai). Toutefois, ce ne sont pas, généralement, les mêmes brebis qui agnellent aux différentes périodes. Ce sont des agnelages qui sont réalisés par des brebis différentes. L’agnelage “Bekri” est fait par les brebis qui ont été saillies au début de la saison sexuelle normale. L’agnelage “Wasti” est fait par les brebis saillies au milieu de la saison sexuelle normale. L’agnelage “Mazouzi” est réalisé par les brebis saillies à la fin de la saison sexuelle et par quelques brebis qui ont agnelé en “Bekri” et qui ont pu être saillies pour la deuxième fois au cours de la même saison sexuelle. En effet, les brebis capables d’agneler à la fois en “Bekri” et en “Mazouzi” existent, mais elles sont très rares.