Analyse fonctionnelle de la chaîne de valeur d’Argane de la province de Tiznit: Cartographie des maillons et des acteurs

Analyse fonctionnelle de la chaîne de valeur d’Argane de la province de Tiznit: Cartographie des maillons et des acteurs

I. ARRAHMOUNI, A. BENABDELLAH, M. DEHHAOUI, F. BENCHEKROUN

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat, Maroc

Résumé

La filière d’Argane a connu des progrès importants durant les dix dernières années. L’enjeu de son développement est de permettre la réduction de l’extrême pauvreté, tout en soutenant la protection de l’arganeraie. Sa chaîne de valeur s’articule autour de trois maillons, notamment la production, la transformation et la commercialisation. Elle est composée d’une grande variété d’acteurs (locaux, nationaux et étrangers) ayant des objectifs et intérêts spécifiques. Cette chaîne de valeur est caractérisée par l’absence de monopole, mais aussi par son manque de transparence pour la plupart des opérateurs. De fortes incertitudes, liées à l’instabilité de l’offre, à la qualité du produit et au prix, influencent les relations entre les acteurs. Les acteurs publics et privés impliqués dans la promotion de la filière argane sont invités à développer une approche intégrée qui permet une meilleure gouvernance de la chaîne de valeur en améliorant la compétitivité de ses maillons, en renforçant les liens entre ses multiples acteurs, en facilitant l’accès au marché et en veillant à répartir équitablement les valeurs créées tout au long de la chaîne.

Mots-clés: Arganier, Huile d’argane, Arganeraie, Tiznit, chaîne de valeur.

Functional analysis of the Tiznit province Argan value chain: Mapping linkages and stakeholders

Abstract

The argan sector has made significant progress over the last decade. The challenge of its development is to enable the reduction of extreme poverty while supporting the protection of the argan tree. Its value chain is articulated around three links, including production, processing and marketing. It is composed of a wide variety of actors (local, national and foreign) with specific objectives and interests. This value chain is characterized by the absence of a monopoly, but also by its lack of transparency for most operators. High uncertainties, related to supply instability, product quality and price, influence relationships between actors. Public and private actors involved in the promotion of the argan sector are invited to develop an integrated approach that allows better governance of the value chain by improving the competitiveness of its links, strengthening the links between its multiple actors, facilitating the access to the market and ensuring equitable distribution of value created along the chain.

Keywords: Argan oil, Argan tree, Tiznit, Value chain analysis.

INTRODUCTION

Au Maroc, la chaîne de valeur de l’arganier atteint actuellement un niveau de développement lui assurant une reconnaissance à l’échelle nationale. La filière connaît un foisonnement d’acteurs nourris d’intérêt pour la ressource « arganier » et l’huile extraite de ses graines. Les actions de ces différents acteurs entraînent depuis les années 90, une véritable dynamique tout au long de la chaîne de valeur de l’arganier.

Cependant, la filière soulève plusieurs préoccupations en matière d’accès aux ressources et conditions de travail. Elle fait face également aux questions d’efficacité productive et de rentabilité ainsi qu’aux pressions sociales et environnementales, suscitant une prise de conscience systémique.

Outre le contexte Marocain, la filière d’argane s’inscrit dans une dimension plus large. En effet, elle bénéficie de toute l’attention des organismes internationaux et des scientifiques sensibles aux questions environnementales et de la biodiversité à travers le monde.

Cet article s’inscrit dans la dynamique autour de la chaîne de valeur de l’arganier au niveau de la province de Tiznit. Il cherche à fournir des éléments de compréhension de la filière d’argane, en mettant l’accent sur son organisation, sa gouvernance, ses différentes interactions, ses avantages et ses contraintes. De plus, cet article pourrait servir de base pour nourrir les réflexions préalables aux politiques de développement de la filière et de sauvegarde de l’arganeraie.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Analyse de la chaîne de valeur

L’analyse de la chaîne de valeur (ACV) est un processus dans lequel une entreprise identifie ses activités principales et de soutien qui ajoutent de la valeur à son produit final, puis analyse ses activités pour réduire les coûts ou augmenter la différenciation. C’est un outil stratégique utilisé pour analyser les activités internes des entreprises. Son but est de reconnaître quelles sont les activités les plus précieuses (source d’avantage de coût ou de différenciation) pour l’entreprise et celles qui pourraient être améliorées pour offrir un avantage concurrentiel (Soosay, Fearne et Dent, 2012).

L’analyse de la chaîne de valeur (ACV) constitue un cadre conceptuel de cartographie et de catégorisation des processus économiques. Elle permet d’identifier les challenges et les opportunités, ainsi que les points de levier auxquels les actions d’amélioration peuvent atteindre l’impact le plus élevé. En agriculture par exemple, une telle analyse étudie les liens entre les agriculteurs, les commerçants et les producteurs de produits agro-alimentaires, les détaillants et les consommateurs finaux.

La première étape d’une analyse de la chaîne de valeur est l’élaboration de sa cartographie. Pour ce faire, les limites d’autres chaînes doivent être définies. L’idée principale est d’identifier d’abord les acteurs pour «mapper» ensuite le produit tracé tout au long de la chaîne, compte tenu des activités d’approvisionnement, de production, de traitement et de commercialisation. L’objectif est de donner une illustration des acteurs identifiés et des flux de produits associés. Une chaîne de valeur cartographique comprend alors les acteurs, leurs relations et leurs activités économiques dans lesquelles ils interviennent, avec les flux physiques et monétaires connexes.

A ce niveau, il existe deux types d’approches pour élaborer la cartographie de la chaîne de valeur, notamment l’approche fonctionnelle et institutionnelle et l’analyse des réseaux sociaux (SNA).

L’approche fonctionnelle et institutionnelle (préconisé dans le cadre de cette étude), commence par construire une «carte préliminaire» d’une chaîne particulière pour donner un aperçu de tous les acteurs (analyse institutionnelle) et le type d’interaction entre eux (analyse fonctionnelle). La méthodologie de la FAO comprend trois aspects essentiels pour l’élaboration d’une carte préliminaire (FAO, 2005), notamment les principales fonctions à chaque étape, les agents exerçant ces fonctions et le parcours des principaux produits tout au long de la chaîne. Il est à noter que les flux sont quantifiés en termes monétaires afin d’évaluer l’importance relative des différentes étapes de la chaîne.

L’analyse de réseaux sociaux, quant à elle, se rapporte aux théories relationnelles qui permettent de formaliser les interactions sociales en termes de nœuds et de liens (notions issues de la Théorie des graphes). Les nœuds sont habituellement les acteurs sociaux ou institutions qui interagissent et les liens sont les relations entre ces nœuds. Il peut exister plusieurs sortes de liens entre les nœuds. Dans sa forme la plus simple, un réseau social se modélise pour former une structure analysable où des liens effectifs entre les nœuds sont étudiés. Cette approche sert d’outil pour cartographier et analyser les relations et les flux de la chaîne de valeur lorsqu’elle est plus caractérisée par un réseau que par une seule chaîne verticale.

Limites de l’ACV

L’analyse de la chaîne de valeur est limitée par plusieurs facteurs, entre autres:

  • Les acteurs ne doivent pas succomber à la « paralysie par analyse » où ils recueillent trop d’informations et oublient que l’objectif de cet outil est l’identification des problèmes afin que des mesures puissent être prises;
  • Les hypothèses constituent souvent la base de la plupart des données utilisées, rendant toute décision prise en fonction de ces données subjectives;
  • La tendance à se concentrer excessivement sur la rentabilité ou la rupture des composants de coûts, alors que l’efficacité de la production devient de plus en plus une condition nécessaire pour pénétrer les marchés mondiaux;
  • Les chaînes de valeur ne sont pas réparties en termes de composition, de relations, ou le positionnement sur le marché alors qu’il existe un besoin concurrentiel de modifier et d’améliorer la chaîne à la lumière des choix stratégiques relatifs aux marchés d’intervention;
  • Les analystes de la chaîne de valeur ne tiennent pas compte de l’environnement commercial dans lequel la valeur de la chaîne fonctionne. Ce faisant, l’analyse peut ne pas identifier les interventions potentielles pour améliorer les performances des entreprises et de la chaîne de valeur.

Source sur Revue Marocaine des Sciences Agronomique et Vétérinaires et ficher PDF
https://www.agrimaroc.org