Amélioration génétique des bovins laitiers Démystification de certains concepts

Facteurs de l’environnement qui influencent la production laitière

Il est admis que la performance d’un animal est la résultante de son potentiel génétique et de l’environnement dans lequel il est élevé. En amélioration génétique des animaux, on distingue deux types d’environnement: L’environnement permanent qui affecte toutes les performances d’un animal de la même façon et l’environnement temporaire qui est spécifique à chaque performance. Les facteurs de ce dernier type d’environnement peuvent être répartis en trois classes:

– Ceux qui sont identifiés comme influençant le caractère et qu’on peut enregistrer et mesurer (âge de la vache, saison de vêlage, troupeau…). Les effets de ces facteurs doivent être estimés dans le modèle d’analyse.

– Ceux qu’on sait qu’ils affectent le caractère, mais qu’on ne peut pas mesurer pour une raison ou une autre (l’état physiologique de l’animal…).

– Ceux qu’on ne peut pas identifier (erreur de pesée…).

Ces deux derniers types d’effets font partie de l’erreur ou la résiduelle du modèle d’analyse et qu’il est nécessaire de minimiser à travers un modèle adéquat.

Parmi les facteurs de l’environnement identifiables et mesurables qui influencent la production laitière, on peut citer le troupeau, l’âge au vêlage, le numéro de lactation, la saison de vêlage, l’année de vêlage, le nombre de traites par jour, etc (Boujenane et al., 2000). Ainsi, les vaches adultes produisent plus de lait que les jeunes ou les vieilles vaches (Figure 1) (voir fichier pdf). Les vaches qui ont mis bas en été produisent moins de lait que celles qui ont vêlé en hiver (Figure 2)(voir fichier pdf). De plus, les vieilles vaches sont beaucoup plus affectées par les vêlages d’été que les jeunes vaches. En outre, la quantité de lait augmente avec le numéro de lactation jusqu’à la 5ème ou la 6ème lactation pour diminuer par la suite…

Correction des effets de l’environnement

Les facteurs de l’environnement peuvent masquer les différences génétiques entre les animaux lors de la sélection et le mérite génétique ne peut pas être déterminé avec précision. Ainsi, avant de classer les animaux et procéder à une sélection ou à une réforme, il est nécessaire de les mettre sur le même pied d’égalité en corrigeant les performances brutes pour les effets des facteurs de l’environnement qui les influencent en utilisant les coefficients de correction appropriés.

Il existe deux méthodes de correction: La méthode additive et la méthode multiplicative. La méthode de correction additive consiste à ajouter ou retrancher une constante à une performance brute pour obtenir une performance corrigée. La méthode de correction multiplicative consiste à multiplier la performance brute par une constante pour corriger l’effet du facteur. Les coefficients de correction des effets de l’âge au vêlage et de la saison de vêlage sur la quantité de lait, la quantité de matières grasses et le taux butyreux des vaches de races Holstein et Frisonne au Maroc sont rapportés dans les tableaux 1 et 2 (voir fichier pdf).

Notons que les nouvelles méthodes d’évaluation génétique ne nécessitent pas une correction préalable des effets de l’environnement. La correction est faite simultanément que l’évaluation en introduisant les facteurs de l’environnement identifiables et mesurables dans le modèle d’analyse.