La bâche à plat: un effet serre à moindre coût et une meilleure barrière aux insectes

Productivité et précocité

La précocité obtenue, grâce aux bâches, se situe dans une fourchette d’une à trois semaines selon les espèces et les conditions climatiques par rapport à un témoin non couvert. La productivité et le rendement commercial précoce se trouvent améliorés par un meilleur peuplement (régulier et homogène) et par une croissance optimisée par rapport à une culture non protégée. En France, l’utilisation de la bâche à plat avance la récolte des laitues de 8 à 10 jours, celle des radis de 15 jours et celle des pommes de terre de 15 à 21 jours.

Il a été rapporté que les bâches à plat (film à entailles multiples et voile en polyester) associées à un paillage plastique noir du sol, ont permis une augmentation du rendement total d’une culture de melon (variété Goldstar) d’environ 33% par rapport au témoin (paillage plastique noir sans bâche) et que l’utilisation de la bâche avance la récolte d’une semaine.

L’utilisation des bâches à plat (film en PE perforé, film à entailles multiples, voile en polyester) sur une culture de melon permettent une réduction de la période s’étalant entre la plantation et la première récolte allant de 5 à 28 jours par rapport au témoin.

Chez la courgette plantée, dans la région d’Agadir, le 27/11, la bâche agrotextile a permis d’avancer la récolte de 10 jours et le film PE 500 trous/m² de 5 jours par rapport au témoin non couvert. Le rendement précoce exportable de la courgette (50% du rendement total exportable) a été obtenu le 10/02, le 14/02 et le 26/02, respectivement sous bâche agrotextile, sous film PE 500 trous et en plein champs non couvert, soit une précocité de production exportable sous bâche par rapport au plein champ de 12 à 16 jours.

L’Agrotextile et film PE 500 trous ont permis une augmentation, par rapport au plein champs non couvert, du rendement de courgettes commercialisables à l’hectare de 64 et 58% respectivement.

Par rapport à une culture de melon transplantée, dans la région d’Agadir, en plein champs non couvert le 7/02, celle transplantée sous bâche PE 800 trous/m² a commencé à produire 15 jours plus tôt, soit le 23/04. La production commercialisable obtenue avant le 15/05 (date des arrêts des exportations) a été de 2 kg/plant chez le melon sous bâche PE 800 et de 0,5 kg/plant chez le melon non couvert.

Homogénéité et qualité

La bonne levée des semis sous bâche permet d’obtenir un peuplement régulier qui se traduit souvent par un regroupement de la maturité et par des calibres homogènes.

Sur le plan hygiénique, en diminuant les traitements pesticides, on diminue les risques d’avoir des teneurs non souhaitables en résidus.