La bâche à plat: un effet serre à moindre coût et une meilleure barrière aux insectes

Mise en oeuvre des bâches

Le terrain étant préparé, la culture implantée, le désherbage chimique réalisé, le paillage mis en place, on procède à la pose de la bâche. Après quelques semaines de protection, celle-ci est enlevée.

Choix des bâches

Les choix d’une bâche dépend d’un certain nombre de facteurs, à savoir le contexte climatique de la saison, la physiologie de l’espèce cultivée et les caractéristiques des bâches. Les films à trous et les agrotextiles sont complémentaires, le double bâchage en est l’illustration.

Toutes les espèces et variétés ne supportent pas de façon égale cette technique. La réponse variétale est très importante à considérer. Une variété peut par exemple se développer parfaitement sous un type de bâche et pas du tout sous un autre.

Les résultats d’un essai, réalisé au Sud-Est de la France sur la culture du melon, confirment l’intérêt du film thermique perforé 800 trous, qui, outre ses qualités agronomiques, permet une économie de main d’œuvre non négligeable car il ne nécessite aucune intervention manuelle d’aération, de la plantation à l’enlèvement du film.

Précautions avant la pose des bâches

Avant la pose des bâches, le sol doit être humide mais correctement ressuyé. Une irrigation peut être envisagé pour pallier un manque d’eau dans le sol.

Le microclimat sous bâche étant favorable au développement des mauvaises herbes, on devra assurer un bon désherbage chimique, d’autant plus qu’aucune intervention ne sera possible avant la dépose des bâches. L’utilisation du paillage plastique noir est souhaitable.

Il faut assurer la protection sanitaire des semences et plants. Les plants élevés en abris chauffés doivent être durcis par un abaissement progressif des températures afin d’éviter tout choc végétatif lors de la mise en pleine terre.

Pose des bâches

Pour mettre en place les bâches, il faut choisir une journée calme: absence de vent, et/ou de pluie. Dans les zones ventées, il est souhaitable d’utiliser des brises-vents et/ou de poser les bâches dans les sens du vent dominant.

La tension du film est fonction de la durée d’utilisation. Pour les couvertures à court terme la bâche est tendue. On réduit ses mouvements, ce qui évite les blessures sur jeunes plantules. Au contraire, pour une utilisation à long terme il faut que les bâches ondulent pour laisser de la place à la végétation au fur et à mesure de son développement.

Le nombre de personnes nécessaires pour mettre en place la bâche, varie suivant la largeur du film utilisé; deux personnes suffisent pour une bâche de faible largeur (3m), 4 à 5 peuvent être nécessaires pour une bâche de grandes largeur (6 à 10m). Elle sera fixée à une extrémité en la maintenant dans une tranchée recouverte de terre, puis la dérouler en portant la bobine sur un axe et l’étaler. Ensuite, fixer les côtés latéraux en les recouvrant de terre, sans exercer de tension pour permettre le développement de la plante. Il existe des dérouleuses qui assurent la pose et la dépose des films pour différentes largeurs.

Protection phytosanitaire

A tous les stades culturaux, il est préférable d’agir préventivement, car une fois la bâche posée, la lutte curative est aléatoire ou impraticable. Par sécurité, des pulvérisations peuvent être cependant pratiquées par dessus les bâches. Il ne semble pas utile d’enlever temporairement la bâche pour pratiquer ces traitements.

Débâchage

La réussite d’une culture bâchée dépend de la date d’enlèvement de la bâche considérée comme une phase critique durant le développement de la culture. Pour une couverture permanente de la culture, la dépose s’effectue au moment de la récolte sans précautions particulières. Pour une couverture temporaire de la culture, la dépose se réalise à des stades végétatifs différents selon les espèces et en tenant compte des conditions climatiques. Pour éviter tout choc végétatif, il faut réaliser la dépose de la bâche en fin de journée de préférence, par temps doux et calme.

Réemploi

La réutilisation des films perforés peut s’envisager sur deux ou trois cultures. En sol lourd, la récupération du film peut s’avérer difficile si le buttage latéral a été trop important. Le réemploi des voiles et grilles est difficile, voire impossible, quand ils ont passé plus de trois mois sur une culture. Les fibres qui les constituent sont dégradées par des rayonnements solaires importants. En cas de réutilisation des bâches, il est indispensable de les embobiner et les stocker à l’abri du soleil et au sec, par exemple sous hangar.