Production de plants sélectionnés et greffés de caroubier

Multiplication du caroubier

Le semis, une méthode classique pour la multiplication du caroubier

Au niveau national, la seule méthode utilisée jusqu’à présent pour multiplier le caroubier est le semis. Cette technique, par voix sexuée, présente un certain nombre d’inconvénients, à savoir:

  • Le caroubier est une espèce dioïque, et par conséquent le semis donne des plants avec un ratio de 50% de femelles et 50% des mâles improductifs;
  • La non conformité génétique liée à l’hétérozygotie de l’espèce, et donc une grande hétérogénéité de la descendance;
  • Entrée en production très tardive, qui peut prendre plus de 8 ans.

Le bouturage, une technique végétative possible mais limitée en pratique

Les travaux menés sur le bouturage au Domaine El Bassatine démontrent les limites techniques et physiologiques du bouturage du caroubier. Les résultats varient en fonction des arbres (génétique), de la nature de la bouture et de la concentration en auxine (AIB).

La culture in vitro, une technique prometteuse

La multiplication de cette espèce n’est pas encore bien maîtrisée surtout au stade enracinement. Cette approche ne sera valable économiquement que lorsque le matériel végétal ne permet pas de procéder au greffage.

Multiplication par greffage, une technique efficace et maîtrisée

La technique mise au point au Domaine El Bassatine est maintenant utilisée comme routine pour la propagation du caroubier.

Cette approche permet:

  • La préservation de la conformité du plant produit par rapport au plant mère sélectionné pour ses caractéristiques de production et de qualité.
  • La conservation des avantages offerts par le plant issus de semis (racines profondes, rusticités, résistances aux maladies) en l’utilisant comme porte greffe.

Le choix de la greffe en fente apicale par rapport à l’écusson a été guidé par les avantages suivants:

  •  Il permet de greffer sur des francs très jeunes (9-10 mois) par rapport au greffage en écusson qui demande un diamètre de porte greffe plus grand (donc une durée d’élevage plus longue).
  •  Il permet d’avoir une bonne soudure greffon – porte greffe.

Préparation du porte-greffe

Germination des graines

Avant leur semis, les graines subissent une stratification qui consiste en un trempage dans l’acide sulfurique suivie d’un rinçage abondant et d’une submersion dans l’eau durant 24 heures.

Le substrat, qui doit être léger et drainant, est un mélange de sable et de terre (2/3 – 1/3).

Après la germination des graines, et au fur et à mesure de leur croissance, les jeunes plants sont ébourgeonnés pour les conduire en un seul axe.

Prélèvement du greffon

Les baguettes à greffons sont prélevées sur le plant sélectionné pour la multiplication. Il s’agit de pousses de l’année encore tendres. Ces dernières sont immédiatement effeuillées pour éviter leur dessèchement puis ficelées en botte avec une étiquette. Elles sont ensuite enveloppées dans un tissu humide et utilisées le plus rapidement possible pour le prélèvement de greffons. Les baguettes doivent être les plus jeunes possibles. Comme le caroubier donne peu de repousses, le nombre de greffons pouvant être prélevés sur un même arbre est assez limité.

Greffage des plants

Le porte-greffe est étêté à 15 cm du collet et la tige fendue sur 4 mm en son centre. Un bourgeon est prélevé sur la baguette sélectionnée (2 à 3 cm) et son extrémité taillée en biseau sur 4 mm environ. Le greffon ainsi taillé est introduit dans la fente effectuée sur la tige du porte-greffe et le tout est ligaturé pour permettre un bon contact entre greffon et porte greffe et éviter la dessiccation de ce dernier. Une meilleure soudure sera assurée si le greffon et le porte greffe sont de même section. Un sachet plastique transparent est mis sur le plant greffé pour maintenir une humidité suffisante autour de la greffe pendant que se fait la soudure. Ce dernier devra être enlevé dès le démarrage du greffon pour éviter le développement de pourritures.

Entretien du plant greffé

Le porte-greffe qui a été étêté aura tendance à développer des bourgeons à sa base. Ces derniers devront être supprimés pour favoriser le greffon. Les greffages tardifs (juin) seront plus soumis au problème de dessiccation et les plants devront donc être sous une serre ombragée (filet de 70%). Alternativement, le plastique de la serre pourra être tout simplement badigeonné à la chaux.