Les cultures alternatives: le Quinoa

LE QUINOA: une culture introduite des Andes

Introduction

Communément appelé “Riz des Incas”, le quinoa produit des graine que l’on récolte après maturation de la fleur d’une plante voisine de l’épinard. La plante est originaire des hauts plateaux des Andes d’Amérique Latine. Les régions où elle est le plus cultivée sont à des altitudes de 3000 à 4000 mètres en Bolivie et au Pérou. Malgré des conditions climatiques très rudes, le quinoa y pousse très bien. Sous ces environnements, deux récoltes par an sont possibles, si la pluie est fréquente. L’utilisation de la culture du quinoa remonterait à plus de 5000 ans avant J.C. Le quinoa était la ressource alimentaire principale des Incas jusqu’à l’invasion de leur territoire au XVIème siècle par les espagnols. Ce n’est qu’au XXème siècle que la culture du quinoa a progressivement redémarré. Actuellement, le quinoa est cultivé en Europe et aux États Unis.

Télécharger

Le quinoa a été introduit au Maroc dans la région de khénifra en automne 1999 avec le début du projet BAFI/BYU-IAV Hassan II. Un essai de multiplication et d’évaluation de 14 variétés a été entrepris dans le cadre de l’activité adaptation de cultures alternatives et installé à l’Institut Technique Agricole de Ben Khlil. En parallèle, la culture de quelques parcelles chez des agriculteurs de la localité d’Agoudim a été initiée. Après cinq années d’expérimentations et de multiplication du quinoa, un matériel variétal adéquat a été développé et la production locale a augmenté. Aussi, la nécessité d’instaurer d’une part une consommation locale et d’ouvrir d’autre part un marché national est devenue pressante. C’est ainsi qu’un atelier de promotion de l’utilisation et de la consommation locale du quinoa a été organisé en septembre 2004 au profit de la femme rurale de la région.

Le quinoa est une culture à haute valeur nutritionnelle

Les graines du quinoa ressemblent à de petits disques aplatis d’environ 2 mm de diamètre et de couleur légèrement jaune. De saveur agréable et légèrement parfumée, le quinoa est aussi très nutritif. Il est très riche en minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides gras insaturés et surtout en acides aminés. Le quinoa contient plus de protéines que n’importe quelle autre céréale, soit en moyenne 16,2%, comparé aux 7,5% du riz ou 14% du blé. A l’image du lait, ses protéines sont complètes avec un équilibre d’acides aminés proche de l’idéal, et riches en lysine, méthionine et cystine. C’est une des rares graines à contenir les 8 acides aminés essentiels. Elles constituent aussi une bonne source de magnésium, de zinc, de cuivre, de potassium et de manganèse. Le quinoa contient aussi de l’acide folique qui permet de lutter contre l’anémie (fer). Les personnes carencées par une alimentation inadaptée ou dénaturée retrouvent la forme après quelques semaines de sa consommation.

En outre, le quinoa est particulièrement facile à digérer et ne contient pas de gluten. Sa consommation est recommandée pour complémenter l’alimentation en acides aminés essentiels, renforcer l’organisme et combattre la fatigue.

Le quinoa offre également un apport inégalé en hydrates de carbone à index glycémique bas, idéal pour augmenter ou refaire ses réserves en glycogène.

La culture de Quinoa

Le quinoa est une culture annuelle que les producteurs sèment entre le mois de septembre et novembre et récoltent de mai à juillet.

La plante pousse jusqu’à une hauteur moyenne de 1 à 1,5 m. Les couleurs de la plante sont très variées, du rose au rouge, en passant par le jaune et le noir. La plante nécessite de 90 à 120 jours de culture avant d’arriver à maturité. Les grains de quinoa sont généralement beiges ou roses mais certaines variétés produisent des grains noirs, oranges ou blancs. La plante a besoin de journées courtes et de températures fraîches pour pousser, d’où sa culture principalement en altitude. Des températures supérieures à 30 degrés rendent la plante stérile, alors qu’elle résiste bien au gel léger (pas moins de -5ºC). De même, la plante résiste bien à la sécheresse ou à des précipitations faibles (< 400 mm par an).

Le quinoa est semé, comme toutes les cultures d’automne, entre le mois d’octobre et de novembre. Il nécessite un lit de semis bien ameubli et une profondeur inférieure à 5 cm, vue la taille réduite des grains. La culture une fois établie peut tolérer le manque d’eau. C’est une culture assez rustique, mais un apport en engrais de fond et de couverture améliore le rendement. La culture du quinoa a beaucoup de similarités avec la culture de sésame, particulièrement au semis, à la récolte et dans le battage et le nettoyage des grains. Ainsi, toutes les opérations sont manuelles et demandent ainsi beaucoup de main d’œuvre.

Fiche technique de culture du Quinoa

Le quinoa est une culture d’automne à cycle court qui entre à maturité après 90 à 125 jours. Les variétés précoces sont généralement recommandées pour les hautes altitudes où la période favorable à la croissance est courte.

Les grains de taille proche à celle du millet (1,75 à 2 mm) sont produits sur des panicules et sont de forme aplatie sur deux cotés et arrondie autour. Leur couleur varie en fonction de la teneur en saponine du péricarpe (2 à 6%). L’embryon occupe 60% du volume de l’endocarpe ce qui donne à la graine une richesse en protéine supérieure à celle de toutes les céréales.

Exigences climatiques

La culture de quinoa nécessite une photopériode courte et une température basse pour une bonne croissance. Le quinoa est cultivé sur des sols marginaux peu fertiles, tolère le déficit hydrique, le gel (-1 à 0°C) et s’adapte bien aux hautes altitudes de 2000 à 3000 mètres. Le Quinoa est par contre très sensible aux fortes températures au stade floraison; celles supérieures à 35°C causent la dormance et la stérilité du pollen. Avant son introduction sur de grandes superficies dans une région, le Quinoa doit être essayé.

Type de sol

Le quinoa pousse bien sur des sols limono-sableux à sablo-limoneux. En Amérique du Sud, le quinoa est cultivé sur des sols peu ou trop drainés, de faible fertilité, très acides (pH 4,8) ou alcalins (pH 8,5).

Semis

Le quinoa pousse mieux sous des températures basses de 7 à 10 °C. La germination a lieu 24 heures après le semis et les jeunes plantules émergent 3 à 5 jours plus tard. Le quinoa ne germe souvent pas quand la température est élevée. Une semaine de vernalisation à 4°C dans un réfrigérateur améliore significativement le taux de levée.

Pratiques culturales

La préparation du lit de semis est essentielle. Le quinoa exige un lit meuble bien nivelé et drainé pour éviter l’asphyxie des jeunes plantules.

Date de semis

Sous un climat similaire à celui du Maroc, le quinoa doit être semé en Octobre-Novembre comme les céréales d’automne pour profiter de la saison des pluies, des jours courts et de la fraîcheur des températures et aussi pour éviter les grandes chaleurs au stade floraison. En haute altitude, un semis de février convient mieux.

Mode et dose de semis

La profondeur de semis doit être située entre 1 à 2,5 cm selon le type de sol et son humidité. La taille des grains les rend sensibles à la dessiccation en surface et au risque d’asphyxie en profondeur. L’écartement entre lignes peut varier avec un minimum de 35 cm. Le peuplement d’environ 320000 pieds/ha est optimal sous des conditions favorables de culture. La dose de semis correspondante se situe entre 0,55 à 0.85 kg/ha. La dose de semis doit être doublée sous des conditions de levée contraignantes. Les meilleurs peuplements sont obtenus sur un sol humide au semis plutôt qu’irrigué après.

L’augmentation de la densité du peuplement augmente légèrement la précocité et donne un meilleur rendement ainsi que des plants moins ramifiés.

Fertilisation

Le quinoa répond positivement à un apport modéré d’azote. Au Colorado, le rendement maximal est obtenu avec 1,7 à 2 qx d’azote à l’hectare. Un apport excessif d’azote retarde la maturation et diminue le rendement au profit de la croissance végétative.

Besoins en eau

La culture de quinoa tolère le stress hydrique et s’adapte bien aux régions où la pluviométrie annuelle avec irrigation se situe entre 250 – 400 mm sur des sols limono-sableux ou sablo-limoneux. En deçà, la hauteur et le rendement des plantes diminuent. Une irrigation excessive augmente par contre la taille des plantes et améliore le rendement avec le risque de verse.

Contrôle des mauvaises herbes

Le contrôle des mauvaises herbes n’est pas sans difficulté puisque le quinoa pousse très lentement pendant les deux premières semaines et que la majorité des espèces adventices sont des dicotylédones. Les herbicides de pré-emergence sont les plus préconisés. Le semis tardif favorise la compétition entre espèces. Le semis précoce est par contre un moyen plus efficace pour lutter contre plusieurs espèces puisque la culture de quinoa est déjà bien établie à leur émergence.

Maladies

Les maladies et ravageurs peuvent apparaître rapidement après introduction du quinoa dans une région car celle-ci a des agents pathogènes en commun avec la betterave et les épinards. Plusieurs virus sont transmis par les pucerons. Les maladies comme la sclérotiniose (Sclerotium rolfsii), le mildiou (Peronospora farinosa), le phoma (Phoma exigua), les taches foliaires (Ascochyta hyalospora), la pourriture grise (Botrytis cinerea) et une bactériose (Pseudomonas sp.) causent de sérieux dégâts dans les pays d’origine d’Amérique du Sud, en Amérique du Nord et en Grande Bretagne.

Insectes et ravageurs

Plusieurs insectes et ravageurs peuvent attaquer la culture de quinoa du stade germination jusqu’à la récolte et le stockage des grains comme les altises et les chenilles. La meilleure méthode de lutte contre les pucerons est d’irriguer quand la forme aillée apparaît sur les galles des pétioles des feuilles. Les dégâts causés par les oiseaux sont aussi à craindre, mais les variétés riches en saponine sont moins exposées.

Récolte

Les panicules du quinoa sont similaires à ceux du sorgho. La récolte commence quant les grains se détachent facilement par simple pression entre les mains. Les machines de battage possèdent des filtres à petites mailles à cause de la taille des grains et leur poids léger. En l’absence de machines, le battage est réalisé aisément après séchage des panicules. Le vannage et la séparation gravitaire sont nécessaires pour éliminer les débris.

Le niveau de rendement en station expérimentale dans la région de Khénifra est de 34 qx/ha.

Avant d’utiliser le quinoa dans la consommation humaine ou animale, les grains sont soit lavés ou polis pour éliminer la saponine du péricarpe. Le polissage est fait à l’aide de machines de polissage du riz ou de blé.

Prof. O. BENLHABIB
Département d’Agronomie et d’Amélioration des Plantes IAV Hassan II – Rabat