Mise au point de formules d’engrais de fond: Application à la betterave sucrière dans les Doukkala

Résultats des calculs avec hypothèse plante entière enlevée

Fumure totale (7’):

  •  terme azote:
  •  terme phosphore:
  •  terme potasse:

Équilibre de base (8’):

  •  terme azote = 1;
  •  terme phosphore:
  •  terme potasse:

ou:

1__ 1 __ 5,9 (8’)

Du fait de l’importance de la potasse dans la fumure, cet équilibre est très disproportionné pour faire l’objet d’une fabrication directe. Il est très pauvre en N et P et trop riche en K. Pour lever cette contrainte, la solution consisterait par exemple à jumeler engrais ternaire de type 10-10-30 et engrais simple granulé, dans une stratégie d’épandage de ce dernier soit chaque année, soit une fois tous les 2 ou 3 ans, à raison d’un équivalent de 4 qx/ha de chlorure de potasse ou 4,5 qx/ha de sulfate de potasse.

Difficultés inhérentes au coût économique et à la fabrication de la formule

A la fin des travaux, le Comité Technique Régional de la Betterave (CTRB), s’était rendu compte que le problème de l’engrais de fond n’était pas seulement d’ordre agronomique, de changement d’une formule par une autre plus appropriée, mais aussi de coût économique et de choix du bon moment pour sa vulgarisation.

Outre le principe de tenir compte de la réticence des agriculteurs à l’égard de tout ce qui est nouveau, la promotion de ce nouvel engrais avait coïncidé avec une époque de crise où la culture de la betterave était remise en cause, en raison du coût énergétique jugé trop élevé de l’irrigation par aspersion.

Compte tenu de la baisse drastique de rentabilité, imposée au secteur par les circonstances, il ne fallait surtout pas parler d’un produit plus cher que 13-26-13S déjà utilisé, au risque d’être boycotté par les agriculteurs.

L’idée du KCl comme source de potasse dans la fabrication a été la première suggérée comme solution pour diminuer le coût de l’engrais, mais n’a pas été retenue du fait de l’indice de salinité élevé de ce produit. L’eau de l’Oum R’bia utilisée pour l’irrigation étant déjà salée (EC = 1,45 mmhos/cm).

C’est l’enfouissement obligatoire des feuilles et collets qui été finalement retenu afin de diminuer la dose, d’où la formule définitive suivante:

Fumure totale avec hypothèse racine seule enlevée (7?)

-Exportations minérales de la racine:

N = 1,30 U/t, P2O5: 0,58 U/t, K2O = 1,79 U/t.

avec un équilibre de base (8?):

1__0.63__ 2.70 S

Avec comme possibilité d’apport:

  •  Un engrais dosant 10-7-14S à raison de 8 qx/ha + 2,2 qx/ha de sulfate de potasse compacté;
  •  Un engrais dosant 11-7-20S à raison de 7,3 qx/ha + 1,7 qx/ha de sulfate de potasse compacté;
  •  Un seul engrais ternaire dosant 11-7-30S à raison de 7,3 qx/ha;

Après de longues tractations, ce n’est pas l’engrais souhaité ci-dessus, dosant du 11-7-30S qui avait été approuvée, mais une formule un peu plus pauvre en potasse, dosant du 8-10-26S à raison de 7 qx/ha.

L’autre contrainte rencontrée a été de trouver un industriel motivé pour fabriquer la formule. Plus habitués aux grandes formules tels que le DAP, l’ASP, le 14-28-14C,… aucun des grands ateliers du Maroc n’a manifesté un intérêt pour fabriquer le petit volume des 10.000 t de produit demandés. Faute de partenaire local, l’engrais a été d’abord distribué sous forme de bulk blending. Il n’a été fabriqué sous forme de complexe dosant du 10-8-26S (puis du 9-10-30S à partir de 2000) par l’Usine d’Atochem de basse Indre (France) que 3 ou 4 années plus tard.