Méthodes de multiplication des abeilles et amélioration du cheptel apicole

Les méthodes d’élevage des reines

Elevage spontané

Il n’est guère utilisé en raison des inconvénients et des aléas déjà mentionnés. Il faut stimuler une colonie en maintenant ou réduisant son volume habitable. Si les autres conditions (climatiques, miellée,…) sont remplies. Le processus d’essaimage naturel se déclenche et l’élevage royal est assumé. Les cellules «mûres» sont découpées avec précaution (sauf une car l’instinct d’essaimage est parfois irréversible) et greffées dans les ruches à rémérer, orphelinées 4 à 6 heures avant.

Elevage par supersédure

Souvent, le renouvellement spontané des reines apporte des déboires à l’apiculteur. En effet, quand les abeilles constatent la déficience de leur mère, l’organisme de celle-ci est déjà sénile et n’engendre plus des œufs de choix. Il en résulte fréquemment une descendance médiocre incapable, bien que jeune, d’assurer un rythme de ponte satisfaisant pour l’épanouissement d’une colonie. Il ne faut pas attendre ce stade. Il convient d’agir par artifice (division de la colonie avec une partition munie d’une grille à reine) en donnant aux abeilles «l’impression» d’un vieillissement prématuré de leur reine.

Ce procédé, comme le précédent, est très limitatif quant au nombre de larves élevées et même dans une exploitation moyenne, il est préférable d’avoir recours aux méthodes décrites ci-après.

Elevage par orphelinage

Ce sont les techniques employées par les professionnels et les éleveurs spécialisés dans la vente des reines.

Méthode MILLER

Le principe consiste à faire élever naturellement par une «ruche éleveuse» des œufs prélevés dans une colonie sélectionnée. Le nombre des cellules édifiées est nettement plus important que dans les élevages spontanés ou dans les supersédures.

Déroulement des opérations:

  •  garnir de cire gaufrée un cadre avec deux ou trois triangles de cire, les sommets orientés vers le bas;
  •  introduire ce cadre au centre du nid à couvain de la ruche sélectionnée;
  •  retirer le cadre quand il est garni d’œufs (2 à 3 jours) et le placer en élevage dans une ruche orphelinée au préalable;
  •  neuf à dix jours après, les cellules édifiées en bordure du rayon sont prêtes pour leur introduction dans les ruches à rémérer.

La méthode MILLER ne demandant que peu de manipulation et pas de matériel spécifique à l’élevage est intéressante pour l’amateur.

Méthode DOOLITTLE et PRATT

Avec des variantes, cette méthode est utilisée par tous les éleveurs internationaux, les grands professionnels, les centres d’enseignement et de recherche et les producteurs de gelée royale.

La méthode DOOLITTLE est plus connue sous les noms de «méthode du greffage des larves» ou «cupules artificielles». C’est la méthode la plus répandue actuellement dans le monde. La grande majorité des éleveurs professionnels de reines l’utilisent. C’est également la base de la méthode de production intensive de gelée royale communément utilisée. Elle prévoit pour la première fois, le transfert de larves par l’éleveur dans des cellules artificielles.

Le matériel nouveau qu’elle requiert et les diverses opérations qu’elle nécessite ont suscité un vocabulaire particulier (encadré en fin de texte).