Prix mondial du pétrole et production halieutique au Maroc: Approche de couplage d’un MEGC et d’un Modèle Halieutique

Prix mondial du pétrole et production halieutique au Maroc: Approche de couplage d’un MEGC et d’un Modèle Halieutique

KAMILI1, M. R. DOUKKALI2
1 Institut National de la Recherche Halieutique (INRH), Agadir, Maroc
2 Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat, Maroc

Résumé
Cet article a pour objectif d’examiner la vulnérabilité du secteur halieutique marocain face à l’augmentation du prix mondial du pétrole et les implications que cela pourrait avoir sur la production, la rentabilité des activités halieutiques et sur l’état des stocks exploités. L’approche proposée pour atteindre cet objectif, repose sur le couplage d’un modèle halieutique et un Modèle d’Équilibre Général Calculable (MEGC)avec une prise en compte de la durabilité des ressources halieutiques en utilisant le modèle biologique proposé par Schaefer. Le modèle obtenu montre que le secteur halieutique n’est pas assez sensible à la hausse du prix mondial du pétrole. Néanmoins, de fortes augmentations de ce prix auraient des conséquences positives sur la préservation des ressources halieutiques en forçant le système de production halieutique à baisser sa production tant au niveau des activités de pêche qu’au niveau des activités halio-industrielles. Cette situation risque de menacer la rentabilité des activités de pêche énergivores, en particulier les chalutiers, et affecterait négativement le pouvoir d’achat et la sécurité alimentaire. Toutefois, si le prix mondial du pétrole n’excède pas 25% du prix de référence, les navires les moins exigeants en carburant augmenteraient légèrement leurs captures, profitant de la baisse de l’offre des produits provenant d’autres flottes énergivores.

Mots-clés: Modèle bioéconomique, MEGC, pêche, prix pétrole, production.

World oil price and fish production in Morocco: Coupling approach of a CGEM and a fishing model

Abstract
This article aims to examine the vulnerability of the Moroccan fisheries sector to the increase in the world oil price and the implications that could have on production, profitability of the fishing activities and state of exploited stocks. The proposed approach to achieve this objective is based on the coupling of a fishery model and a Computable General Equilibrium Model (CGEM) with a consideration of the sustainability of fisheries resources using the biological model proposed by Schaefer. The obtained model shows that the fisheries sector is not sensitive enough to the rise in world oil price. Nevertheless, large increases in this price would have positive consequences for the preservation of fishery resources by forcing the fishery production system to reduce its production both in terms of fishing activities and at the level of halio-industrial activities. This situation may threaten the profitability of energy-intensive fishing activities, especially trawlers, and negatively affect purchasing power and food security. However, if world oil price does not exceed 25% of the reference price, the least fuel-intensive vessels would slightly increase their catches, taking advantage of the lower supply of products from other energy-intensive fleets.

Keywords: Bioeconomic model, CGEM, fishing, oil price, production.

INTRODUCTION
Le secteur de la pêche contribue de 2 % à 3 % du produit intérieur brut (PIB) et emploie environ 670000 personnes, dont 25 % des emplois directs. Ce secteur assure des sources de revenus pour environ 3 millions de personnes (DPM[1], 2014). En 2015, la production halieutique nationale a dépassé 1,35 millions de tonnes, soit 10,8 milliards de dirhams. Cette production est composée, principalement, de petits pélagiques à hauteur de 84 % en volume et 25,3% en valeur. Grâce à sa production halieutique, le Maroc est classé 17ème dans le monde et premier sur le continent africain (FAO, 2016).

Face à une demande de produits halieutiques qui ne cesse de croître, notamment dans un contexte de mondialisation de plus en plus imposée, le secteur halieutique est particulièrement dépendant du reste du monde et des autres secteurs de l’économie domestique (transport, énergie, etc.). En effet, ce secteur est étroitement lié au marché mondial tant pour ses intrants que pour ses produits. La majorité des intrants des activités de pêche est importée, en particulier le pétrole qui représente en moyenne 49% des consommations intermédiaires. Cette forte dépendance vis-à-vis du reste du monde place le secteur halieutique national dans une situation de vulnérabilité face à toute conjoncture probable du marché mondial du pétrole. Sachant que le Maroc est preneur de prix dans le contexte du marché mondial du pétrole, la hausse possible du prix mondial des produits pétroliers aurait probablement un impact négatif sur la rentabilité et la durabilité des activités de pêche nationales. Toutefois, compte tenu de l’importance du pétrole dans la structure des coûts de production de la majorité des secteurs économiques, une éventuelle augmentation du prix mondial du pétrole impliquerait vraisemblablement un impact général direct sur la rentabilité relative moyenne dans tous les secteurs. L’impact est donc plus ou moins important en passant d’un secteur économique à un autre ; certains étant gagnants, d’autres sont perdants.

L’objectif de ce travail est de mettre en œuvre une démarche scientifique capable d’évaluer et de capter le sens résultant de la variation de la rentabilité relative du secteur halieutique et de mesurer l’impact de l’augmentation du prix mondial du pétrole sur le secteur halieutique et l’état des ressources exploitées. En mettant en avant l’objectif de durabilité de la ressource halieutique, atteindre cet objectif ne devrait être fait que dans le cadre d’une approche globale qui intègre à la fois une approche économique capable d›identifier les effets des politiques économiques et une approche biologique capable d›évaluer l›état des stocks exploités. En ce sens, le couplage d›un Modèle d’Équilibre Général Calculable (MEGC) avec un modèle biologique semble être l›une des approches les plus appropriées. Le modèle que nous convenons d’appeler par la suite un Modèle d’Équilibre Général Calculable pour le secteur Halieutique «MEGC-H[2]» est le résultat de ce couplage. Ce modèle, qui permettra de caractériser les relations techniques, biologiques et économiques intra et intersectorielles, est capable de quantifier les impacts potentiels pouvant résulter de différentes conjonctures économiques.

Les rares auteurs qui ont développé un MEGC incorporant les caractéristiques biologiques et écologiques du secteur halieutique (ex. Pan et al., 2007 et Houston et al., 1997 in Pan et al., 2007), ont proposé un modèle dynamique optimisant les trajectoires des différentes variables mais sans prendre en compte la contrainte de durabilité des ressources, de plus en plus intégrée dans les stratégies de développement sectoriel (DPM, 2009). Aussi, cette variante de modèle nécessite une qualité exceptionnelle de données, laquelle condition est susceptible d’entraver son utilisation dans le contexte du Maroc. Les travaux fondés sur un MEGC, isolant le secteur halieutique du reste de l’économie marocaine, sont limités à de rares études du Haut-Commissariat au Plan (HCP) (2009), Diao et al., (2008), Tsur et al., (2004), Diao et al., (2002) et Löfgren et al., (1997). Toutefois, ces études n’ont traité le secteur halieutique que de manière agrégée par rapport au reste de l’économie. Hors, lors de l’évaluation des effets des politiques économiques dans un secteur donné, il est essentiel d’avoir une Matrice de Comptabilité Sociale (MCS) désagrégée au niveau des comptes correspondant au secteur de production concerné. Forcément, les impacts ne sont jamais uniformes et varient d’un secteur à l’autre et d’une branche d’activité à l’autre dans le même secteur.

Le reste de l’article est organisé en trois sections. La première est consacrée à l’analyse de l’intensité énergétique relative du secteur halieutique marocain. La seconde est dédiée à une présentation détaillée de l’approche méthodologique tout en présentant les données ayant servi à la calibration du modèle, et la dernière section présente les résultats et discussions des simulations réalisées dans le cadre du scénario de l’augmentation du prix mondial du pétrole.

Source sur Revue Marocaine des Sciences Agronomique et Vétérinaires et ficher PDF
https://www.agrimaroc.org