Mécanisation de la culture des Légumineuses alimentaires au Maroc

Inventaire des expériences de mécanisation de légumineuses alimentaires

Travaux du sol

Les travaux du sol sont entièrement mécanisés. Après la récolte du précèdent, la plupart des agriculteurs font un premier travail avec une charrue à disque, (rarement une charrue à soc ou un chisel), suivi de deux ou trois reprises au cover-crop pour affiner le lit de semences.

Fertilisation

Seulement la moitié des parcelles enquêtées reçoivent une fumure de fond. Aucun agriculteur n’apporte d’engrais azotées en couverture. Les engrais apportés sont en majorité des engrais simples essentiellement phosphatés, ou potassiques. D’autres apportent des engrais composés.

Quand les engrais sont apportés avant le semis, ils sont distribués mécaniquement avec un épandeur à engrais, suivis d’un enfouissement au cover-crop. Tous les épandeurs rencontrés sont standards, du type rotatif portés et actionnés par un tracteur.

Quand les engrais sont localisés sur la ligne, ils sont soit apportés au moment du semis avec un semoir combiné; soit apportés manuellement par des ouvriers.

Semis de légumineuses alimentaires

Tous les agriculteurs enquêtés sèment les légumineuses alimentaires en lignes simples (avec un espacement régulier entre les lignes), ou jumelées (avec un petit espacement de 13 à 18 cm et un grand espacement de 70 à 140 cm). Ceci se justifie par la nécessité de procéder ultérieurement à un désherbage mécanique à la bineuse et/ou manuel avec des ouvriers.

La majorité des agriculteurs utilisent le semoir (semis mécanisé), d’autres recourent à un semis “demi-mécanisé” ci-dessous détaillés.

Semis au semoir (mécanisé)

Pour la lentille, le pois et le pois chiche, le semis se fait exclusivement au semoir. La taille des graines de ces espèces ne pose aucun problème et passent dans les semoirs conventionnels, acquis en général pour les céréales. La seule modification opérée est la fermeture de la sortie de certaines lignes pour obtenir l’espacement interlignes souhaité. Cet espacement varie de 40 cm à 120 cm entre lignes simples ou entre 2 lignes jumelées.

Les différents types de semoirs rencontrés sont:

  • Les semoirs conventionnels à soc avec une largeur de travail variant de 2,70 m à 4 m. Ce sont là les semoirs les plus courants.
  • Les semoirs à disques avec une largeur de travail variant de 3,20 à 4m.
  • Les semoirs combinés pouvant livrer à la fois les semences et les engrais.

Le semis de la fève, par contre, n’est pas aussi facile à réaliser avec un semoir conventionnel. En effet, la grande taille des graines fait que les semences de cette espèce ne passent pas dans les sorties (goulottes) des semoirs décrits ci-dessus. Etant alors dans l’impossibilité de mécaniser le semis de la fève avec les semoirs courants, la majorité des agriculteurs enquêtés ont adopté un mode de semis que nous appellerons “demi-mécanisé” et qui est décrit ci-dessous.

Semis “demi-mécanisé”

Ce mode de semis a été rencontré chez la majorité des agriculteurs qui cultivent la fève. Il se fait en trois étapes:

1° étape: Traçage des lignes avec un traceur porté par un tracteur.

2° étape: Des ouvriers passent chacun sur une ligne pour déposer les semences de fève. Éventuellement, d’autres ouvriers suivront pour localiser les engrais de fond sur la ligne.

3° étape: Le recouvrement des semences (et des engrais) se fait alors avec un cover crop (outil à disque tracté par un tracteur) légèrement ouvert roulant dans le même sens que les lignes pour ne pas déterrer les graines.