Mécanisation de la culture des Légumineuses alimentaires au Maroc

Récolte de légumineuses alimentaires

La récolte est l’étape la plus critique de la culture des légumineuses alimentaires, car c’est une opération très délicate, forte consommatrice de main d’œuvre et peut engendrer des pertes importantes.

La première constatation est qu’aucun des agriculteurs enquêtés n’a pu mécaniser complètement la récolte (moisson et battage) des légumineuses récoltées en sec. Le seul cas où la récolte est complètement mécanisée concerne une société de production et de conditionnement du petit pois récolté en vert, cas unique au Maroc.

Pour les légumineuses alimentaires récoltées en sec, la récolte se fait toujours en deux temps, la moisson, ensuite le battage. La moisson est toujours manuelle, tandis que le battage est soit mécanisé, soit demi- mécanisé.

Moisson manuelle

Tous les agriculteurs enquêtés procèdent à la moisson manuelle de leurs récolte de légumineuses (les 4 espèces étudiées), l’opération est légèrement différente selon qu’il s’agisse de la fève ou des autres espèces légumineuses.

Moisson de la fève

Quand les fèves sont arrivées à maturité, on procède à l’arrachage des tiges à la base avec des faucilles. Les tiges ainsi coupées sont mises en andains au champs pour séchage.

Moisson du pois chiche, de la lentille et du pois sec

Dans ce cas, l’arrachage se fait à la main. Les tiges doivent être arrachées doucement et minutieusement pour être mises en andains au champs pour séchage. En effet, une fois arrivées à maturité, les tiges et les gousses de la lentille, du pois chiche et du pois deviennent très cassantes, en plus de l’égrenage des gousses.

Battage mécanique à la moissonneuse-batteuse (MB)

Le tableau 1 (voir fichier PDF) montre que ce mode de battage est pratiqué sur toutes les parcelles de pois sec. Il est aussi dominant sur les parcelles de pois chiche et ne concerne que la moitié des parcelles de lentille. Sur fève, il a été reporté par un seul agriculteur. Le battage à la moissonneuse-batteuse se fait au champs, une fois les andains sec et prêts pour être battus. La moissonneuse-batteuse avance doucement, l’andain entre les roues de la machine. 1 à 2 ouvriers de chaque côté de l’andain jettent les tiges sur la table de coupe vers la vis d’alimentation de la MB.

Il existe une grande différence entre le réglage des MB pour le battage des légumineuses et le battage des céréales pour lesquelles les MB sont réglées d’origine.

Certains agriculteurs qui possèdent des MB effectuent les modifications et réglages nécessaires pour battre leurs propre récolte de certaines légumineuses. Par contre, il est extrêmement difficile pour les agriculteurs qui ne possèdent pas une MB de faire le battage par une MB de location. En effet, l’enquête effectuée auprès d’une dizaine d’entrepreneurs de moisson-battage a montré que ceux-ci n’acceptent que très rarement de faire le battage des légumineuses alimentaires pour les raisons suivantes:

– Le battage des légumineuses nécessite la modification des accessoires et réglages de la MB, chose que certains entrepreneurs de MB refusent de faire, car en général les parcelles de légumineuses sont petites, et cela ne justifie pas le dérangement.

– Il n’y a pas une grande demande pour cette opération à l’instar des céréales.

– Certains entrepreneurs de MB ignorent les réglages et modifications à effectuer sur la MB et refusent de toucher à la machine craignant de la dérégler, et de la rendre non opérationnelle même pour les céréales (ignorance totale des mécanismes de la MB).

Battage au tracteur et nettoyage au vent (battage “demi-mécanisé”)

Cette façon de battre la récolte, a été intitulée battage “demi-mécanisé” par opposition à la façon traditionnelle qui utilise les animaux au lieu du tracteur, le nettoyage est fait dans les deux cas à l’aide du vent.

Le battage “demi-mécanisé” est pratiqué presque systématiquement pour le battage de la fève (tableau 1) (voir fichier PDF) . Il est aussi pratiqué pour battre la lentille par 57% des agriculteurs enquêtés, alors qu’il est très peu pratiqué sur le pois chiche et n’est utilisé pour le pois sec que quand l’agriculteur ne dispose pas de MB, ou ne peut pas la louer.