Le poivron-piment

Irrigation et soins culturaux

Les besoins de la culture se situent aux environs de 400 mm pendant la période végétative et de 200 à 400 mm pendant la période de cueillettes, soit 600 à 800 mm/ cycle. Le but essentiel de tout système d’irrigation consiste à mettre à la disposition de la plante la quantité d’eau nécessaire à ses besoins en temps opportun. Toute erreur en irrigation a des conséquences graves sur la production puisque la faculté restauratrice des racines du poivron est faible.

Afin d’assurer une restauration normale des racines et une bonne reprise des plants, il faut procéder de la manière suivante: on irrigue juste après la plantation et on arrête l’irrigation. La plante commence a montrer des symptômes de soif, surtout à midi, mais ce n’est pas un problème. On doit observer attentivement l’attitude des plantes: la restauration des racines commence lorsque la couleur vert foncé des feuilles revient. C’est alors à ce moment là qu’il faut apporter la 2ème irrigation. En cas de fortes chaleurs, il ne faut pas dessécher la plante; il est recommandé de l’arroser par de légères irrigations, surtout en terre sableuse. Entre les 2 premières irrigations, il ne faut pas biner afin de ne pas déranger le système racinaire.

A partir de la 2ème irrigation, les arrosages doivent toujours rester rares jusqu’à la pleine floraison ou l’irrigation devient normale. A ce stade, tout déficit hydrique risque de provoquer des chutes de rendement. En ce qui concerne les soins culturaux, le tuteurage a pour but de soutenir les ramifications porteuses de fruits, ce qui permet une exposition correcte des feuilles à la lumière et une limitation des pertes de production par cassures. L’opération de tuteurage consiste à mettre de part et d’autre des lignes de plantation des piquets dépassant le sol de 0,6-1 m et distants entre eux de 1,5 m à 2 m. Il faut attacher à ces piquets, parallèlement à la ligne de plantation, deux étages de roseaux ou de ficelle, respectivement à 35-40 cm et à 60-80 cm au fur et à mesure du développement du plant.

Le palissage consiste à placer les plantes entre les piquets et la ficelle ou le roseau afin de les soutenir et d’éviter qu’elles tombent sous le poids des fruits. L’ébourgeonnage consiste à enlever les bourgeons axillaires qui poussent sur la tige principale au fur et à mesure du développement de la plante. L’ébourgeonnage se fait le matin quand les pousses sont encore cassantes et se répète suivant l’allure à donner au plant. L’effeuillage consiste à éliminer les feuilles basales touchant le sol ou les feuilles âgées non fonctionnelles. On commence l’effeuillage dès que les premières feuilles jaunissent, ce qui permet une meilleure aération de la base de la plante.

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: