Les variétés de blé résistantes à la cécidomyie: Nouvel atout pour la céréaliculture au Maroc

Biologie du ravageur

Le cycle biologique de l’insecte est adapté aux conditions semi-arides à hivers tempérés que sont celles du Maroc. Les adultes émergent de la pupe lorsque les conditions climatiques sont favorables. Après l’accouplement, la ponte a lieu.

Le nombre d’œufs pondus par insecte peut atteindre 400. Les œufs sont pondus sur les feuilles, les larves rampent vers la ligule et s’insinuent entre la gaine et la tige, elles s’attachent aux tissus de la plante et secrètent une substance salivaire qui amincit les parois du végétal et augmente la perméabilité cellulaire. Ensuite, la larve suce les nutriments dont elle a besoin à partir de la plante.

Au terme du deuxième stade, la larve mue et son enveloppe larvaire durcit. Elle devient un puparium. La larve du troisième stade mue et se transforme en nymphe. Les larves de la génération estivante, formées au courant du mois d’avril, entrent en diapause dans les chaumes et les céréales spontanées pour tout l’été et n’éclosent qu’après les premières pluies d’automne.

Sous les conditions marocaines, il y a généralement deux générations de cécidomyie par an. La première génération commence après les premières pluies du mois de Novembre ou Décembre. La deuxième a lieu aux mois de Janvier ou de Février. Celle-ci attaque les céréales semées tardivement et les jeunes talles en développement.

Symptômes et dégâts

L’irrégularité des précipitation dans les zones semi-arides peut engendrer des sécheresses en même temps que des pluies diluviennes, qui souvent empêchent le semis au moment opportun. Les champs semés tardivement sont ceux qui souffrent des plus fortes attaques par la cécidomyie.

Pendant les périodes sèches de la mi-saison, les symptômes de l’attaque sont caractéristiques: plantes rabougries et de couleur vert foncé. Le peuplement plante et ou épis se trouvent diminués. La production sera très faible à nulle.

Les larves altèrent les tissus et détournent les substances nutritives à leur profit. Les plantes attaquées sont ainsi plus susceptibles au stress hydrique. Les symptômes d’attaque diffèrent selon l’âge de la plante. Avant la montaison, le blé infesté prends une apparence rabougrie, les feuilles sont courtes, larges et d’une couleur vert foncée. L’attaque peut conduire au dépérissement de la talle ou même de la plante entière.

Quand l’attaque a lieu après montaison, la larve s’installe au niveau des nœuds et perturbe le transfert de la sève vers les épis en formation. Les images ci-dessous montrent l’effet de l’attaque par la cécidomyie sur le peuplement et l’état sanitaire des plantes.