Analyse fonctionnelle de la chaîne de valeur d’Argane de la province de Tiznit: Cartographie des maillons et des acteurs

Cartographie de l’organisation de la chaîne de valeur

Les analyses fonctionnelles et technico-organisationnelles de la chaîne de valeur de l’argane permettent d’identifier les acteurs directs et supports de la chaîne ainsi que leurs opérations, de décrire les différents maillons et d’analyser les flux physiques et géographiques. Ces analyses ont contribué à dresser la cartographie de la chaîne de valeur de l’huile d’argane (Tableau 5),en mettant en évidence les flux de produits et le positionnement spécifique de chaque acteur.

Bien-que chaque acteur joue un rôle important et occupe une grande place dans l’organisation de la chaîne, force est de constater que les ménages en constituent la pierre angulaire puisqu’ils assurent son bon fonctionnement. En effet, ils sont considérés comme le principal facteur de production sur chaque maillon.

Les commerçants sont également présents sur les trois principaux maillons de la chaîne de valeur (en amont pour l’obtention des fruits séchés, la transformation et en aval pour la commercialisation). Cependant, leur rôle se limite à l’intermédiation.

Quant aux coopératives et GIE, ils se cantonnent aux maillons de transformation et de commercialisation de la chaîne, demandeurs en main d’œuvre et de moyens matériels, mais plus pourvoyeurs de valeur ajoutée.

Au regard de cette cartographie et des flux d’échanges entre les acteurs de la chaîne de valeur, il est à souligner que cette dernière est principalement orientée vers le marché local et ce sont les ménages qui alimentent l’ensemble des acteurs de la chaîne, notamment les commerçants avec lesquels, ils ont le plus d’interactions et ce, tout au long de la chaîne.

La gouvernance de la chaîne de valeur

La gouvernance de la chaîne de valeur se réfère à la structure des relations et aux mécanismes de coordination qui existent entre ses acteurs. De ce fait, les mécanismes de coordination de la chaîne de valeur de l’argane sont principalement analysés du point de vue des aspects non commerciaux des transactions, c’est-à-dire au regard des règles sociales qui sont souvent intégrées dans le cadre d’engagements informels qui s’approchent des «contrats relationnels».

La chaîne de valeur de l’argane est caractérisée par l’absence de monopole, mais aussi par son manque de transparence pour la plupart des opérateurs. De fortes incertitudes, liées à l’instabilité de l’offre, à la qualité du produit et au prix, influencent les relations économiques entre les acteurs.

Au niveau des zones de production des fruits d’arganiers, les ménages font généralement face à de nombreuses contraintes liées à l’isolement, au manque de transport, à la taille extrêmement réduite des exploitations ainsi qu’à l’absence de circuits de commercialisation bien structurés. Ce qui crée une certaine concurrence horizontale entre les acteurs présents à chaque niveau de la chaîne. En conséquence, les flux des produits sont distribués de manière informelle, avec un niveau faible de contrôle de qualité, de volumes, de conditionnement et d’entreposage ou encore des conditions de transport.

Au niveau des coopératives, la gestion des flux semble être un peu plus aisée, notamment en raison de leur positionnement géographique plus favorable, de la présence de points de vente dédiés et de leur niveau de mécanisation. Leur bonne image auprès du grand public facilite la commercialisation de leurs produits.

Au niveau de la distribution, la relation entre les consommateurs et les différents acteurs de la chaîne, est basée sur des accords informels, caractérisés par des marques de confiance mutuelle. Ce qui tend à réduire significativement les aléas sur le marché et les coûts de transaction.

Enfin, du côté institutionnel, il s’avère que les établissements publics ne jouent pas réellement un rôle permanent dans l’organisation et la structuration de la chaîne de valeur. En effet, il existe peu de mesures de traçabilité des produits et peu de contrôle de qualité tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de production et de commercialisation de l’huile d’argane.

De surcroît, avec les incertitudes et contraintes que connaisse la chaîne de valeur, un nouveau mode de gouvernance a émergé auprès des acteurs de la filière. Plus précisément, certains producteurs ont développé leurs activités suivant l’approche d’intégration verticale, afin de produire et de commercialiser leurs propres produits pour en récupérer le maximum de marges bénéficiaires. C’est le cas des coopératives qui sont, de plus en plus, présentes à presque tous les niveaux de la chaîne de valeur de l’argane (seule la collecte qui n’est pas ou très peu effectuée par les coopératives). En commercialisant tous les produits finaux de la chaîne de valeur de l’argane, la mutualisation des charges et bénéfices leur permet de garantir une certaine rentabilité et une sécurité de revenu au profit de leurs membres.

CONCLUSION

Bien que la chaîne de valeur d’argane offre des perspectives prometteuses en termes de création d’emplois, d’autonomisation des femmes et de promotion du développement local durable, des défis importants restent à soulever, aussi bien au niveau de ses différentes activités (notamment la collecte de la matière première, la production et la commercialisation), qu’au niveau de sa gouvernance. En ce sens, les institutions (publiques et privées) impliquées dans la promotion de la filière sont invitées à développer une vision intégrée qui permet une meilleure organisation de la chaîne de valeur en améliorant la compétitivité de ses maillons, en renforçant les liens entre ses multiples acteurs, en facilitant l’accès au marché et en veillant à répartir équitablement les valeurs créées tout au long de la chaîne.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Achour A., Defaa C., Yigouti A., Bouiche L., Hossayni A., Elmousadik A.,  Msanda F., Bellefontaine R. (2013). Éléments techniques pour réussir une plantation d’Arganier: Cas de Tifaddine. Revue Forestière Française, 65: 329-340.

Ahrouch S. (2011). Les coopératives au Maroc: enjeux et évolutions. Revue Internationale de l’économie sociale: Recma, 322: 23-26.

Aziz L., Mormont M., Allali, K. (2013). Effets de la marchandisation de l’arganier sur la vie socio-économique des populations de l’arganeraie marocaine. La revue électronique en sciences de l’environnement, 13: 2-17.

Chamich M. (2014). La forêt d’arganier: quelle gestion pour quelle ressource? 317-328.

Charrouf Z. (1999). Valorisation des produits de l’arganier pour une gestion durable des zones arides du sud-ouest marocain. Rabat: Laboratoire de Chimie des Plantes et de Synthèse Organique et Bioorganique, Faculté des Sciences. Université Mohammed V.

Charrouf Z. (2007). L’arganier, levier du développement humain du milieu rural marocain, synthèse. Colloque international: l’arganier, levier du développement humain du milieu rural marocain. Rabat, Maroc: Faculté des Sciences, Université Mohammed V-Agdal.

Charrouf Z., Guillaume D. (2007). Huile d’argane une production devenue adulte. Les technologies de laboratoire, 6: 4-7.

Charrouf Z., Pioch D. (2009). Valorisation du fruit d’arganier. Huile d’argane: qualité, diversification. Projet UE/MEDA/ADS. Appui à l’amélioration de la situation de l’emploi de la femme rurale et gestion durable de l’arganeraie dans le sud-ouest du Maroc. Agropolis.

CSA (2013). « L’approche filière»: Conceptions, avantages et risques pour l’agriculture familiale. Bruxelles: CSA.

Develtere P. (1998). Économie sociale et développement: les coopératives, mutuelles et associations dans les pays en développement. Paris/Bruxelles: De Boeck Université.

Faouzi H. (2012). Impact des coopératives féminines sur la préservation et la valorisation de l’arganeraie: cas de la coopérativé Tafyoucht (confédération des Ait Baâmrane, Anti-Atlas, Maroc). Confins. Revue franco-brésilienne de géographie, N° 14.

FAO/Bockel, L. et Tallec, F. (2005). L’approche filière: Analyse fonctionnelle et identificationdes flux. FAO. http://www.fao.org/docs/up/easypol/417/value_chain_analysis_flow_charts_043FR.pdf

Faouzi H., Martin J. (2014). Soutenabilité de l’arganeraie marocaine. Entre valorisation de l’huile d’argane et non-régénération de l’arganier. Confins. Revue franco-brésilienne de géographie, N° 20.

Hachmi M., Qarro M., Sesbou A., Sabir M., Charif S. (2011). Analyse de la filière ‘’huile d’argane’’ au niveau de la zone forestière d’Amsitten dans la région d’Essaouira. Actes du Premier Congrès International de l’Arganier (pp. 475-486). Agadir: INRA.

OECD, African Development bank, United Nations development programme (2014). Perspectives économiques en Afrique. Les chaînes de valeur mondiales et l’industrialisation de l’Afrique: Les chaînes de valeur mondiales et l’industrialisation de l’Afrique, OECD Publishing, p. 144

Soosay C., Fearne A., Dent B. (2012). Sustainable value chain analysis. Supply Chain Management: An International Journal, 17: 68-77.

[1]1 Dépulpeur, torréfacteur électrique, machine de presse, filtre à tissu ou à plaque, remplisseuse mécanique, capsuleuse sertisseuse, etc.

Source sur Revue Marocaine des Sciences Agronomique et Vétérinaires et ficher PDF
https://www.agrimaroc.org