25.2 C
New York
jeudi, juin 20, 2024

Buy now

Les agrumes

Les techniques culturales

Travail du sol et fumure organique

Le travail du sol en interligne ne doit pas dépasser 4 à 6 passages par an au maximum en réglant le pulvérisateur à disque à une profondeur n’excédant pas 18-20 cm, pour ne pas blesser le système racinaire très superficiel des agrumes. Le désherbage sous les rangées doit être réalisé manuellement ou à l’aide d’herbicides: (Paraquat, Glyphosate, Simazine etc…). En terrain léger, apporter 20 T/ha/an de fumier de ferme bien décomposé ou 60 T/ha tous les 3 à 4 ans en terrain lourd. Si les ressources hydriques sont disponibles, on peut, au lieu du fumier, cultiver des engrais verts suivant la rotation suivante: Féverole, Moutarde, Vesce-seigle, Radis chinois ou Clovis, Ray-grass. Apporter au fond la fumure minérale suivante: 400 kg de P205, 400 kg de K20, soit 0,8 T de sulfate de potasse.

En raison du danger d’acidification des terres due à l’emploi d’engrais acidifiants tels que le nitrate d’ammoniaque (ammonitrate 33,5%), il est recommandé d’apporter la chaux sous forme de calcaire simple ou magnésium et de scories. Elle doit être basée d’une part sur les résultats d’analyse des feuilles et de la terre et d’autre part sur le comportement des arbres (croissance – productivité – qualité des fruits). L’azote doit être fractionné selon les proportions suivantes: 50% avant la floraison, 25% après la floraison et 25% après la chute physiologique. Le phosphate est apporté chaque année en Septembre-Octobre. Le potassium est apporté soit en Septembre-Octobre au moment du semis des engrais verts ou entre «Février-Mars» et Septembre. L’apport de chacun de ces éléments est fonction de l’âge des arbres. Pour une plantation de 555 plants/ha, conduite en fertirrigation, les doses suivantes en gramme/plant ont été appliquées:

Pour des arbres de 10 ans, les apports sont de 180 kg/ha N; 800 kg/ha CaO, 90 kg/ha K20 et 45 kg/ha P205. En cas de carence en magnésie, zinc, manganèse ou fer, ces éléments peuvent être apportés par pulvérisation foliaire.

Irrigation et taille d’entretien

Les besoins en eau des agrumes sont estimés à environ 1200 mm par an, répartis sur toute l’année. Dans la région du Gharb où les précipitations atteignent 550-600 mm d’Octobre à Mai, le déficit de 600 à 650 mm doit être comblé par l’irrigation de Mai à Septembre-Octobre avec des apports modulés d’après les valeurs de l’évapotranspiration potentielle. Certaines périodes, un déficit hydrique même temporaire est préjudiciable à la production. Ces périodes sont: (1) la floraison- nouaison, (2) la période du 15 Juillet au 15 Août, et (3) le grossissement et la maturation des fruits.

Quant à la taille, c’est une opération indispensable car elle conditionne la régularité de la production et assure un renouvellement de la charpente à venir. Il faut pratiquer une taille par éclaircie. L’intérieur des arbres doit être dégagé sans enlever tous les rameaux dirigés vers le centre qui garnissent les branches. A partir de chacune des 3 à 5 branches charpentières issues de la formation initiale, on doit obtenir par ramifications successives et à différentes hauteurs un ensemble de sous-charpentières écartées les unes des autres de 30 cm en tous sens. La taille se pratique entre la cueillette et la floraison.

Utilisation de l’acide gibbérellique

Dans le cas du clémentinier, l’acide gibbérellique est utilisé au moment de la pleine floraison à la dose de 10 ppm, soit 1 g/100 l d’eau + un mouillant. L’acide gibbérellique améliore la fructification du clémentinier.

Protection phytosanitaire

La gommose à phytophtora est présente dans les zones humides: traiter avec l’Aliette. Le pou de Californie est l’ennemi numéro un des agrumes au Maroc (refus des fruis à l’export). Adopter un traitement piloté par des techniques de comptage et d’observation (piège sexuel) avec des produits assez rémanents (chloropyriphos-ethyl, méthiadation,…). La cératite est un vrai problème pour la clémentine, notamment au Souss. Traitement par des organo-phosphorés (Malathion/Diméthoate) et à la récolte avec des Perythinoides (Karaté/Décis) à cause des résidus.

La cochenille noire de l’olive (Saissetia oleae) provoque la fumagine. Traiter aux huiles blanches à 1% et 5 à 10 l de bouillie par arbre ou avec un mélange d’huile blanche et un insecticide (methidathion). Les cochenilles chinoise, virgule, serpette attaquent la culture: traiter en été les jeunes larves après éclosion des oeufs, soit de la mi-Août à début Septembre. Ce traitement permet de lutter aussi contre les araignées rouges, les aleurodes et les pucerons.

Les autres ravageurs sont: les acariens: utiliser un acaricide spécifique (binapacryl – dicofol…); les cicadelles: utiliser des produits ayant une longue rémanence (Azinphos – Phosalone); la mineuse: éviter d’utiliser des plants attaqués, éliminer les mauvaises herbes qui hébergent les stades hivernantes. Utiliser des insecticides tels que Dimethoate-Acéphate (Orthène 50) – Imidachlopride (Confidor).

Récolte et conservation

La récolte doit être faite avec beaucoup de soins, les opérations de cueillette pouvant occasionner des lésions et des blessures qui déprécient les fruits et sont des portes ouvertes à des altérations fongiques. La cueillette doit commencer lorsque les fruits sont secs. Les oranges sont exportés et au préalable, ils doivent subir un certain nombre de traitements tels que déverdissage, lavage, désinfection, séchage, enrobage par la cire, calibrage et mise en caisse. Mis en chambre froide à 3-8°C et 85-90% d’hygrométrie, les oranges peuvent être conservés plusieurs mois.

Prof. Walali Loudyi Dou El macane, Prof. Skiredj Ahmed, Prof. Hassan Elattir
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat

Activités du projet ConserveTerra

Articles à la une

error: