La rose du Dadès: Culture et technologies d’extraction des essences de rose

La rose au Maroc

Le rosier à parfum (Rosa damascena) constitue l’une des cultures spécifiques à la région de Ouarzazate. Sa culture est localisée dans la vallée du Dadès. Elle occupe actuellement 4 200 Km linéaire sous forme de haies ou clôtures autour des parcelles agricoles, soit environ 1000 ha ou 10 % de l’espace agricole cultivé. La production de roses est souvent compromise par les gelées et le froid qui influent sur la période de floraison et la qualité industrielle de la rose. Elle varie énormément d’une année à l’autre avec une moyenne de 4.000 tonnes de roses fraîches par an.

Notons que 11 ha de la rose (Rosa centifolia) ont été cultivées en 1998 dans la région de Tidass pour la production de concrète et absolue de rose.

La rose est généralement récoltée dans la première quinzaine de mai, le matin, au lever du soleil. Pour faire 1 Kg de rose sèche, il faut 4 à 5 kg de roses fraîches et 5 000 Kg de roses fraîches sont nécessaires à l’obtention d’1 Kg d’huile essentielle de rose. Les pétales de rose pâle renferment 0,03 à 0,04% d’une huile essentielle constituée de géraniol, de nérol, de citronellol et d’aldéhyde phényléthylique (soluble dans l’eau d’où le parfum communiqué à l’eau de rose).

La rose est exploitée pour la production de plusieurs produits:

  • les boutons floraux séchés,
  • l’eau de rose,
  • l’essence de rose et
  • la concrète et l’absolue de rose.

Les différents extraits aromatiques de rose sont produits par deux sociétés: Bioland et les Arômes du Maroc qui disposent d’unités de transformation modernes à Kelaa M’gouna dans la vallée de Dadès, dans la province de Ouarzazate. Les deux sociétés disposent également d’unités de transformation dans la ville de Khémisset (Bioland) et Tiddas (Arômes du Maroc).

La société Bioland produit l’essence et la concrète de rose à partir de Rosa damascena alors que les Arômes du Maroc élaborent:

  • l’eau de rose, l’essence et la concrète de rose à partir de Rosa damascena;
  • la concrète et l’absolue à partir de Rosa centifolia.

Marché de la rose

Le Maroc est l’un des principaux producteurs mondiaux d’essence de rose après la Bulgarie et la Turquie. Il a exporté entre 1995 et 2000 une moyenne de 8 T d’essence. Il a également exporté 27 tonnes de boutons de rose pour une valeur de 1,5 millions de dirhams.

La production des roses à parfum a été estimée à 3.060 T en 2003 contre 1.840 T en 2002, ce qui correspond à une augmentation de 66 % due aux conditions climatiques favorables.

Les roses produites sont soit livrées à l’état frais aux deux unités locales de distillation installées à El Kelâa des M’gouna (20 à 30%), soit séchées et vendues aux souks locaux (70 à 80 % de la production). Les prix de livraison à l’usine sont fixés traditionnellement par une commission formée des responsables des Usines, des autorités locales, de l’ORMVA de Ouarzazate et des représentants des agriculteurs.

Les roses fraîches sont transformées pour produire la concrète, l’essence et l’eau de rose, alors que les roses séchées sont achetées aux souks locaux par des commerçants qui les vendent par la suite dans les grandes villes notamment Marrakech, Casa et Fès. Les prix de commercialisation de la rose ont connu en 2004 une nette amélioration pour la rose fraîche 10 Dh contre 6,5 Dh/kg en 2003 et une importante diminution pour la rose sèche (40 à 50 Dh contre 90 à 125 Dh).

Production marocaine de rose

La culture de Rosa damascena est localisée au Sud du Haut Atlas entre la chaîne du M’gouna et le Saghro, dans les vallées communément appelées M’gouna et le Dadès. En dehors de cette zone, le rosier se rencontre en amont des deux vallées et dans les environs de Ouarzazate, Skoura et Agdz.

– Climat: Le Dadès appartient à l’étage bioclimatique présaharien frais.

– Milieu et sol: Les sols de culture sont constitués de limons profonds, différenciés entre eux par leur teneur en éléments colloïdaux. Leur pH légèrement alcalin varie généralement entre 7,4 et 7,8. La teneur en matière organique est faible. La richesse en azote total est moyenne à faible.