Multiplication végétative de l’arganier (Argania spinosa) par bouturage et par greffage

MATÉRIEL ET MÉTHODES

Matériel végétal

Les accessions utilisées dans les expérimentations de multiplication végétative sont issues d’arbres sélectionnés dans la réserve d’Admine du complexe horticole d’Agadir, au Sud-Est de la ville d’Agadir à 2,5 Km d’Ait Melloul (9°28’35’’W, 30°21’58’’N, Figure 1). Cette réserve s’étend sur 28 ha et a été protégée depuis plus de 30 années. La pluviométrie annuelle moyenne dans la région est de 300 mm (2000-2014). La température maximale varie de 19°C et 37°C et celle minimale varie de 6°C à 21°C. Occasionnellement, la région connaît des vents chergui qui peuvent faire augmenter la température au-dessus de 40 °C.

Figure 1: Zone d’étude (Voir PDF)

Les arbres d’arganier utilisés comme matériel végétal ont été sélectionnés dans le cadre d’un autre travail de caractérisation et de sélection en cours, et choisis également pour la disponibilité de rameaux de l’année lors de l’installation de essais (Tableau 1).

Essai bouturage

Le matériel utilisé est constitué de boutures sur bois tendre, prélevées sur des rameaux encore verts de l’année le mois de Mai, en début du stade durcissement.

Les boutures étaient d’une longueur de 8 à 12 cm ; celles-ci ont été d’abord trempées dans une poudre d’acide indole butyrique (AIB) à 1%, ensuite transplantées dans un substrat constitué d’un mélange à 70 % de tourbe et 30 % de perlite avant d’être placées pendant 4 mois sous serre sous un système de nébulisation intermittente. A l’intérieur de la serre, les températures ‎enregistrées fluctuaient entre un minima de 23 °C et un maxima de 32 °C; l’humidité relative s’est située entre 70 et 90% et atteignait 100 % pendant le déclenchement de la nébulisation.

L’effet de deux sources de calcium sur l’enracinement et le taux de pourriture a été étudié. Pour cela, un tiers des boutures a été traité au chlorure de Calcium (CaCl2) à 0,2 %, le 2ème tiers au nitrate de calcium (Ca(NO3)2) à 2% et le dernier tiers a été gardé comme témoin. Les traitements ont été appliqués à 3 reprises par arrosage à 15 jours d’intervalle.

Le dispositif expérimental adopté est un split-plot à 4 blocs où les traitements sont affectés aux grandes parcelles et les génotypes aux petites parcelles. Le nombre de boutures par combinaison génotype x traitement a été de 24, soit un nombre total de 288 boutures.

Les observations ont porté sur le nombre de boutures présentant une pourriture, le nombre de boutures ayant développé un cal, celles ayant formé des racines, et celles étant resté dormantes. Sur les boutures enracinées, le nombre de racines et la présence de ramification ont été notés.

Essai greffage

Les greffons employés, de 3,5 à 7,5 cm de longueur, ont été prélevés sur des rameaux semi-herbacés de l’année.

Les porte-greffes ont été issus de semis de graines d’arganier récoltées la même saison sur quatre génotypes différents au niveau de la réserve (Tableau 2). Les arbres semenciers  ont été sélectionnés selon 2 critères, la densité de fruits sur l’arbre et la faculté germinative. Les graines des porte-greffes ont été mises en germination 1 mois avant greffage.

Tableau 2: Liste des porte-greffes

Code

Pied mère

Coordonnées du pied mère

Latitude

Longitude

PG1

Z1B5a

30°21’15.04”N

9°28’31.86”O

PG2

Z1B6a

30°21’14.33”N

9°28’33.23”O

PG3

Z1B8a

30°21’12.30”N

9°28’35.86”O

PG14

Z1C6a

30°21’13.01”N

9°28’33.14”O

La technique de greffage utilisée est en fente apicale simple, avec maintien d’un cotylédon du porte-greffe qui sert de tire-sève. Les plants greffés ont été ensuite transplantés dans un substrat à 100% de tourbe puis installés sous un mini tunnel afin de maintenir une humidité ambiante saturante, une luminosité inférieure à 500 Lux, et une température moyenne de 22°C. Après 3 jours, toujours sous mini tunnel, les plants sont soumis pendant 7 jours à une intensité lumineuse croissante de 500 à 1000 Lux, durée de la 1ère phase d’acclimatation. Lors de la 2ème phase d’acclimatation, l’intensité lumineuse a été augmentée graduellement à 2800 Lux, jusqu’à l’exposition directe à la lumière du jour et aux conditions ambiantes. L’humidité relative est aussi parallèlement diminuée progressivement jusqu’à celle du laboratoire où la température moyenne est de 23°C (19,6 à 24,9°C) et l’humidité relative moyenne de 81% (50 à 96 %).

Le dispositif expérimental adopté pour l’essai de greffage est complètement aléatoire (DCA) à deux facteurs fixes, le génotype des porte-greffes au nombre de 4 et le génotype des greffons au nombre de 3. Pour chaque combinaison,4 unités expérimentales ont été installées à raison de 6 plants par unité expérimentale, soit un nombre total de 288 plants greffés.

Les observations ont été prises 7, 15 et 30 jours après le greffage et ont porté sur les nombres de plants portant une pourriture, desséchés, ayant émis des bourgeons et ceux ayant fait chuter leurs feuilles et également sur la croissance des bourgeons et le temps moyen d’émission de bourgeons.

La croissance des bourgeons a été évaluée à travers l’élongation moyenne des bourgeons émis alors que le calcul du temps moyen d’émission des bourgeon sa été calculé à l’aide de la formule suivante: (Voir PDF)

Analyses statistiques

Les moyennes et les écart-types ont été calculés pour toutes les variables collectées sur les essais greffage et bouturage. Des analyses de variance à deux facteurs adaptés aux dispositifs expérimentaux suivis ont été effectuées à l’aide du logiciel Minitab 17.1.0.

Accès au fichier PDF