Fertilisation des rosacées fruitières

Évaluation de la culture et du sol

Les exigences des arbres fruitiers varient avec l’âge, le rendement, la variété, le porte-greffe et la densité de plantation. Ces difficultés sont accentuées par le rôle tampon joué par le sol et les parties ligneuses de l’arbre.

Critères d’adaptation de la fumure

Des facteurs de pondération doivent être utilisés pour adapter la fumure nécessaire (norme) à la situation concrète d’un verger pour que les apports d’engrais correspondent au besoin spécifique de la culture. Ainsi, pour l’azote, les facteurs de pondération à prendre en compte sont:

• la vigueur de l’année (pousse annuelle) qui se traduit par la longueur des pousses et la couleur du feuillage (état de la feuille);

• l’aoûtement du bois et la formation de l’œil terminal;

• la formation des boutons à fruits (fleurs), élément d’appréciation important des besoins pour la saison à venir;

• l’importance de la récolte précédente, qui informe sur les besoins passés;

• la tendance aux maladies physiologiques, qui peut refléter des excès ou des déséquilibres en fertilisants;

• la vigueur générale, liée au type de porte-greffe en relation avec la profondeur utile du sol (volume exploité par les racines);

• volume occupé par les cailloux;

• teneur en matière organique.

Contrairement à l’azote, dans le cas des éléments fertilisants moins mobiles (phosphore, potassium, magnésium, calcium), l’analyse chimique du sol peut constituer une base essentielle pour déterminer la fumure. Pour ces éléments fertilisants, la norme peut être corrigée en fonction de l’état de la culture et du site en prenant comme facteurs de pondération:

• niveau de rendement;

• profondeur du sol;

• volume occupé par les cailloux (fraction du sol comportant des particules minérales dont le diamètre est > 2 mm);

• matière organique.

Antagonismes et synergismes

L’absorption d’éléments fertilisants sous forme ionique se fait au niveau des points d’échange ionique à la surface des racines. Ces points à la surface des racines peuvent faire l’objet de concurrence notamment entre les cations des principaux éléments fertilisants à charge positive. Ainsi, l’offre supplémentaire d’un cation (K+) peut empêcher l’absorption d’un autre cation (Ca++).

Les antagonismes peuvent entraîner des manifestations de carence suite à une absorption trop faible d’éléments fertilisants, même si l’élément fertilisant correspondant se trouve en quantité suffisante dans la solution du sol. A cet effet, les chloroses rencontrées dans les cultures fruitières (couleur jaunâtre des feuilles suite à un manque de fer ou de manganèse) peuvent résulter d’un apport excédentaire en potassium ou d’un excès de calcaire (calcium).