Valorisation des grains de céréales en élevage par les traitements technologiques

Les traitements technologiques appliqués aux céréales sont d’une grande importance. Ils détruisent à priori l’enveloppe des grains qui constitue un vrai obstacle à l’action des agents digestifs. L’utilisation de l’énergie de l’orge entière est non efficiente, plus de 50% de la MS de l’orge est non digérée. Cette faible digestion souligne l’importance d’un traitement physique.

Télécharger

Il existe différentes méthodes de traitement des grains de céréales dont quelques unes sont définies ci-après:

Traitements mécaniques

Ils sont considérés comme des méthodes traditionnelles de préparation des grains destinés à l’alimentation des ruminants (broyage, concassage, aplatissage). Les forces physiques employées visent à créer des fractures, des frottements et l’usure des grains. Le broyage consiste à broyer le grain sec à une grille à maille variable (1 à 8 mm de diamètre); la taille des particules est contrôlée par le flux des grains vers les marteaux, la vitesse du rotor et le diamètre des mailles.

L’aplatissage utilise des forces de pression (écrasement) et de frottement pour réduire la taille des graines. Ce procédé garde l’enveloppe intacte. Les grains passent entre deux rouleaux en rotation. La distance entre rouleaux est variable selon la taille des grains entiers; elle doit être légèrement inférieure à la taille des grains. Les rouleaux peuvent tourner à des vitesses différentielles.

Agglomération

Les grains sont passés dans un broyeur puis à travers une grille à trous de 3 mm. Les particules sont mises en contact avec la vapeur vive pendant quelques secondes jusqu’à élever la température des particules à 60 °C et l’humidité de 2 à 3 points. Elles sont ensuite agglomérées par une presse percée de trous cylindriques de 4,5 mm de diamètre. Les granulés passent sous un courant d’air froid pour atteindre la température ordinaire.

L’aplatissement à la vapeur

Durant 3 à 5 mn, le grain est soumis à l’action de la vapeur et de la pression atmosphérique; le grain est ensuite aplati entre deux rouleaux cannelés.

Le trempage

Les grains sont trempés dans l’eau pour permettre une pénétration d’eau entre les molécules d’amidon pour une période donnée. La durée du trempage est de 24 à 36 h pour amener l’humidité des grains à 20% MS environ (addition d’eau à raison de 10% du poids des grains). Les grains sont stockés dans sac pendant environ 24 h avant les présenter aux animaux.

L’aplatissement permet de préserver une taille des particules plus élevée alors que le broyage abouti à une proportion importante de particules fines. Lorsque cette proportion dépasse 25%, le risque des troubles digestifs est élevé.

Le choix d’un traitement doit tenir compte de son influence sur la composition de la céréale, l’efficacité de l’utilisation de la ration, sans oublier le coût énergétique du procédé.

Une ration contenant de l’orge grain entière serra consommée en plus grande quantité par les bovins qu’une ration contenant de l’orge grain broyée ou aplatie. Cependant, la ration à base d’orge entière permettra de moins bonnes vitesses de croissance et d’efficacités alimentaires.

Addition des substances tampons à des rations riches en orge grain

Un apport de concentré riche en glucides rapidement fermentescibles telle que l’orge s’accompagne d’une ingestion rapide et donc d’une réduction de la production de la salive, et d’une augmentation rapide la production des AGV. Tous ces facteurs participent à une altération des conditions physico-chimiques du rumen. L’incorporation de substances tampons telles que NaHCO3, Na2CO3, CaCO3 et MgO seuls ou en mélange peut limiter les risques d’acidose en maintenant le pH ruminal entre 6 et 7, plage correspondant aux conditions optimales pour l’activité microbienne. Leur effet est plus important pendant la période de transition. L’addition de ces substances améliore l’ingestibilité et la digestibilité de la MS. Elles diminuent l’effet dépressif du pH après l’ingestion des concentrés. Une ration à base d’orge additionnée de 1 à 3% d’une substance tampon permet d’améliorer les performances zootechniques des animaux n.

Effets des traitements physiques de l’orge sur sa valeur alimentaire pour les agneaux en croissance-engraissement

Les quatre rations testées (A, B, C et D) sont composées d’orge grain (65% de la ration totale), de foin de luzerne (20%), de tourteau de tournesol (13%) et d’un complément minéral et vitaminé (2%). Les rations ne diffèrent entre elles que par la forme de présentation du grain. Ainsi, les traitements appliqués sont le concassage, l’aplatissage et le mouillage respectivement pour les régimes B, C et D. Le régime A où l’orge est présentée sous sa forme entière sert de témoin.

Les résultats montrent que les traitements physiques de l’orge n’ont eu aucun effet sur les paramètres de consommation et d’abattage. Cependant, le gain de poids a été affecté par le régime. Les animaux ayant consommé le régime à base d’orge aplatie ont enregistré un gain de poids inférieur aux autres groupes (Tableau, (voir fichier PDF)).

Par ailleurs, les traitements physiques de l’orge grain (concassage, aplatissage et mouillage) n’ont aucun effet sur la digestibilité des régimes n.

Par Dr. Nacif RIHANI et Jamal-Eddine MAHMOUD, Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II