Valorisation des Orges en Aviculture

Exemples d’aliments composés pour volaille à base d’orge (voir fichier PDF).

Poulet de chair / Pondeuses

Ingrédients  (Maïs, Orge, Tourteau de soja (48%PB), Tourteau de coton, Tourteau de tournesol, Mélasse, Pois, Farine de poisson (65%PB), Méthionine, Carbonate de calcium, Poudre d’os, Sels, Premix)

Caractéristiques Nutritionnelles (Energie métabolisable (Kcal/kg) Protéines Lysine Méthionine Méthionine+Cystine Calcium Phosphore)

Utilisation de l’Orge dans l’alimentation du Poulet de Chair

L’examen des résultats de travaux antérieurs a montré que l’inclusion de l’orge à des niveaux supérieurs à 30% dans les régimes distribués aux poulets de chair entraîne une réduction des performances de croissance et une augmentation de l’indice de consommation. Les résultats demeurent variables d’une expérimentation à l’autre et dépendent de plusieurs facteurs tels que:

• la variété d’orge incorporée, sa composition chimique et ses caractéristiques nutritionnelles.
• l’âge des animaux utilisés.
• les caractéristiques nutritionnelles des régimes.
• la nature, la dose et la composition des complexes enzymatiques ajoutés.
• les autres composantes des régimes.

L’inclusion de 15, 20 ou 25% d’orge sans addition d’enzyme dans des aliments de poulets de chair donne lieu à des niveaux de performances comparables à ceux de lots témoins ayant 0 à 10% d’orge (Tab. 3).

Des régimes à base de 30, 35 ou 40% d’orge dans les aliments induit par contre une baisse significative des gains de poids, une détérioration significative de l’efficacité alimentaire dans un essai, mais pas dans un autre (Tab. 4). De même, on relève dans d’autres essais une détérioration non significative des performances lorsque le niveau d’orge dans l’aliment atteint 50% notamment pour l’efficacité alimentaire des régimes et le poids moyen des animaux en fin de croissance.

L’incorporation de l’orge dans l’aliment du poulet de chair s’accompagne par ailleurs d’une diminution proportionnelle et significative du gras abdominal et de la longueur du ceca. L’incorporation de l’orge dans l’aliment jusqu’à des niveaux de 50% ne donne lieu à aucun effet significatif sur la teneur en eau des litières.

Le remplacement du maïs par l’orge dans les aliments de poulet de chair jusqu’à un niveau de 40% en présence de complexes enzymatiques commerciaux ne semble pas avoir d’effet significatif sur les performances (Tab. 5). Par contre, l’augmentation du niveau de substitution à un niveau de 50% ou 75% donne lieu à une réduction significative du gain de poids et de l’efficacité alimentaire.

L’addition de complexes enzymatiques commerciaux, aux doses recommandées par les fournisseurs, aux régimes ayant des teneurs élevées en orge permet d’obtenir des niveaux de performances identiques à ceux des traitements ‘homologues’ sans ajout d’enzymes.

Prof. K. Benabdeljelil, IAV Hassan II