Les Bronchopneumonies Infectieuses Enzootiques (BPIE) des bovins: Approche curative et préventive

MÉTAPHYLAXIE

La métaphylaxie, au sens européen du terme, consiste à traiter l’ensemble d’un lot (malades, sains ou en incubation) au-dessus d’un certain seuil de morbidité. Elle vise donc à empêcher l’apparition de nouveaux malades (Catry et al., 2008). Elle est à nuancer de la «metaphylaxis» nord-américaine qui répond parfois à la définition suscitée mais peut également signifier traitements de masse ou «mass medication» (Step et al., 2007). La décision d’avoir recours à la métaphylaxie doit absolument être réfléchie et entreprise après avis du vétérinaire à cause des risques liés à l’usage abusif et incontrôlé des antibiotiques menant inévitablement à l’apparition d’antibiorésistance. L’instauration d’un programme de métaphylaxie doit être justifiée économiquement. Il est à recommandé de le mettre en œuvre à partir de 10 % de morbidité dans les élevages de plus de 50 jeunes bovins. Un seuil d’alerte plus bas chez les veaux de seulement 3 % peut être retenu (Taylor et al., 2010b). Beaucoup d’études ont montré les avantages de l’utilisation d’un programme de métaphylaxie dans la réduction de la morbidité (jusqu’à 50 %) et de la mortalité (jusqu’à 25%) (Urban-Chmiel et Grooms, 2012). Pour plus d’efficacité dans la lutte contre les BPIE, certains auteurs ont suggéré le recours à la métaphylaxie en même temps qu’un programme de vaccination adapté (Thomson and White, 2006).

APPROCHE PRÉVENTIVE

Maîtrise des facteurs de risque

La prévention fait appel à plusieurs actions qui se complètent pour minimiser le risque d’apparition des BPIE et particulièrement :

• Le transfert correct de l’immunité passive par la prise précoce du colostrum de très bonne qualité et en quantité suffisante;

• La séparation des animaux de classes d’âge différentes : avec l’âge, les animaux peuvent devenir plus résistants à certains germes mais constituent une source de contamination potentielle pour les plus jeunes;

• Pour les lots d’engraissement il faut adopter le concept de «All in/All out» c’est-à-dire le principe de la bande unique avec désinfection entre les bandes;

• L’hygiène générale et le nettoyage quotidien des lieux de stabulation des veaux est primordial;

• Le passage par une quarantaine lors d’achat des animaux est capital;

• Effectuer une transition lors de tout changement alimentaire. Les changements alimentaires rapides constituent un stress qui provoque une baisse de l’immunité;

• L’isolement et le traitement des animaux malades et le renforcement de la biosécurité;

• Une alimentation équilibrée et une vermifugation adaptée;

• Le bâtiment doit être adapté à l’élevage des veaux, confortable, bien aéré et sans courants d’air.

La vaccination et le «preconditioning program»

Les vaccins, mono- et multivalents, contre les agents pathogènes viraux IBR, BVD, PI-3, et le BRSV, et pathogènes bactériens Mannheimia haemolytica, Pasteurella multocida et Histophilus somni sont disponibles au Maroc. En matière de vaccins contre les mycoplasmes, les seuls vaccins actuellement commercialisés le sont aux Etats-unis et leur utilisation est soumise à des restrictions. Beaucoup reste à faire sur ce plan et un bon vaccin contre les mycoplasmes doit tenir compte de leurs forte variabilité antigénique.

Les résultats obtenus lors d’essais cliniques contrôlés sont assez divers quel que soit le vaccin considéré, et vont d’une absence d’effet à un effet protecteur (Martin, 1983; Perino et Hunsaker, 1997). Souvent, pour une telle évaluation, seuls les signes cliniques respiratoires sont retenus comme critères primaires d’efficacité. Les critères zootechniques (GMQ notamment) ne sont retenus que secondairement lieu tandis que les critères économiques sont exceptionnellement pris en compte (Schelcher et Valarcher, 1999).

L’immunité prend 1 à 3 semaines pour se développer, et peut nécessiter plusieurs doses de vaccin avant d’induire une immunité protectrice (Urban-Chmiel et Grooms, 2012). La vaccination des jeunes veaux pose le problème de l’immaturité immunitaire et l’interférence avec l’immunité passive d’origine colostrale, ce qui perturbe l’installation d’une immunité induite par les vaccins administrés (Schelcher and Valarcher, 1999). L’idéal serait de vacciner les veaux avant leur entrée en ateliers de production de génisses ou aux ateliers d’engraissement. Plusieurs vaccins, avec différentes combinaisons de valences, sont disponibles au Maroc. Les seuls vaccins, mono et multivalents, actuellement commercialisés au Maroc sont des injectables inactivés. Ce genre de formulations est basé sur une primovaccination avec deux injections à 4-6 semaines d’intervalle et une immunité acceptable n’est à espérer que deux à trois semaines après l’injection de rappel de primovacciation. Pour ce qui est de l’IBR, le code IBR de l’ONSSA au Maroc prévoit un rappel à 6 mois avec le même vaccin. Par la suite, les programmes de vaccination sont à adapter selon les périodes de risques importantes au sein de l’élevage.

L’une des stratégies adoptées aux États-Unis, connue sous le terme de «preconditionning program» ou programme préventif avant l’allotement pour les bovins soumis à l’engraissement, consiste en un certain nombre d’actions à mettre en œuvre avant le transport vers le site d’engraissement. Il s’agit de vacciner les veaux, en général 35 à 40 jours après sevrage, contre les nombreux pathogènes qui causent les BPIE, de les déparasiter, de les écorner, de les habituer aux mangeoires et abreuvoirs du lieu final de l’engraissement et de les castrer. Idéalement les vaccinations doivent être terminées deux semaines avant le transport pour une meilleure immunisation.

CONCLUSION

Les conséquences économiques des bronchopneumonies peuvent être extrêmement élevées. La diversité des facteurs intrinsèques et extrinsèques en cause dans la genèse de ces affections fait que le traitement curatif à lui seul est insuffisant dans tout programme de lutte. La maitrise des facteurs de risques, de bonnes pratiques d’hygiène, la biosécurité et les programmes vaccinaux adaptés sont quelques éléments importants à considérer pour espérer juguler, autant que faire se peut, ce syndrome complexe.

Ficher PDF

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Allen J.W., Viel L., Bateman K.G., Nagy E., Røsendal S., Shewen P.E. (1992). Serological titers to bovine herpesvirus 1, bovine viral diarrhea virus, parainfluenza 3 virus, bovine respiratory syncytial virus and Pasteurella haemolytica in feedlot calves with respiratory disease: associations with bacteriological and pulmonary cytological variables. Can. J. Vet. Res., 56: 281-288.
Autio T., Pohjanvirta T., Holopainen R., Rikula U., Pentikäinen J., Huovilainen A., Rusanen H., Soveri T., Sihvonen L., Pelkonen S. (2007). Etiology of respiratory disease in non-vaccinated, non-medicated calves in rearing herds. Vet. Microbiol., 119: 256-265.
Bryant L.K., Perino L.J., Griffin D., Doster A.R., Wittum T.E. (1999). A method for recording pulmonary lesions of beef calves at slaughter, and the association of lesions with average daily gain. Bov. Pract., 33: 163-173.
Caswell J.L., Bateman K.G., Cai H.Y., Castillo-Alcala F. (2010). Mycoplasma bovis in respiratory disease of feedlot cattle. Vet. Clin. North Am. Food Anim. Pract., 26: 365-379.
Catry B., Duchateau L., Van de Ven J., Laevens H., Opsomer, G., Haesebrouck, F., De Kruif, A., (2008). Efficacy of metaphylactic florfenicol therapy during natural outbreaks of bovine respiratory disease. J. Vet. Pharmacol. Ther., 31: 479-487.
Corbeil L.B. (2007). Histophilus somni host-parasite relationships. Anim. Health Res. Rev., 8: 151-160.
Dabo S.M., Taylor J.D., Confer A.W. (2007). Pasteurella multocida and bovine respiratory disease. Anim. Health Res. Rev., 8: 129-150.
Donnio P.Y. (2006). Pasteurella, in: Antibiogramme Courvalin, P ; Leclercq, R, Bingen – 2e édition. ESKA, Paris, pp. 471-473.
Duff G.C., Walker D.A., Malcolm-Callis K.J., Wiseman M.W., Hallford D.M. (2000). Effects of preshipping vs. arrival medication with tilmicosin phosphate and feeding chlortetracycline on health and performance of newly received beef cattle. J. Anim. Sci., 78: 267-274.
Gagea M.I., Bateman K.G., Shanahan R.A., van Dreumel T., McEwen B.J., Carman S., Archambault M., Caswell J.L. (2006). Naturally occurring Mycoplasma bovis associated pneumonia and polyarthritis in feedlot beef calves. J. Vet. Diagn. Invest., 18: 29-40.
Gershwin L.J., Van Eenennaam A.L., Anderson M.L., McEligot H.A., Shao M.X., Toaff-Rosenstein R., Taylor J.F., Neibergs H.L., Womack J. (2015). Single Pathogen Challenge with Agents of the Bovine Respiratory Disease Complex. PLoS ONE 10.
Godinho K.S., Rae A., Windsor G.D., Tilt N., Rowan T.G., Sunderland S.J. (2005). Efficacy of tulathromycin in the treatment of bovine respiratory disease associated with induced Mycoplasma bovis infections in young dairy calves. Vet. Ther. Res. Appl. Vet. Med., 6: 96-112.
Guzel M., Karakurum M.C., Durgut R., Mamak N. (2010). Clinical efficacy of diclofenac sodium and flunixin meglumine as adjuncts to antibacterial treatment of respiratory disease of calves. Aust. Vet. J., 88: 236-239.
Jung C. (2009). Sensibilité aux antibiotiques des pasteurelaceae des ruminants (Thèse de Doctorat Vétérinaire). Vetagro-sup, Lyon.
Lekeux P. (1988). Spécificité de la fonction pulmonaire des jeunes bovins. Présenté au Congrès de la Société Française de Buiatrie, Paris, pp. 3-8.
Lekeux P., Coghe J. (2004). Affections respiratoires bovines: évolution des lésions pulmonaires et rapidité d’intervention. Présenté au Congrès de la Société Française de Buiatrie, Paris, pp. 89-94.
Lignes directrices de l’OMS, (2017). Lignes directrices de l’OMS pour l’utilisation chez les animaux de rente destinés à l’alimentation humaine des antimicrobiens important pour la médecine humaine.
Liste CIA OMS, 2017. 5ème révision: https://www.who.int/foodsafety/publications/antimicrobials-fifth/en/.
Lockwood, P.W., Johnson, J.C., Katz, T.L., 2003. Clinical efficacy of flunixin, carprofen and ketoprofen as adjuncts to the antibacterial treatment of bovine respiratory disease. Vet. Rec., 152: 392-394.
Lysnyansky I., Ayling R.D. (2016). Mycoplasma bovis: Mechanisms of Resistance and Trends in Antimicrobial Susceptibility. Front. Microbiol., 7: 595.
Martin S.W. (1983). Vaccination: Is it effective in preventing respiratory disease or influencing weight gains in feedlot calves? Can. Vet. J., 24: 10-19.
Newcomer B.W., Givens D. (2016). Diagnosis and Control of Viral Diseases of Reproductive Importance: Infectious Bovine Rhinotracheitis and Bovine Viral Diarrhea. Vet. Clin. North Am. Food Anim. Pract., 32: 425-441.
Newcomer B.W., Neill J.D., Galik P.K., Riddell K.P., Zhang Y., Passler T., Velayudhan B.T., Walz P.H. (2017). Serologic survey for antibodies against three genotypes of bovine parainfluenza 3 virus in unvaccinated ungulates in Alabama. Am. J. Vet. Res., 78: 239-243.
Perino, L., Hunsaker, B., 1997. A review of bovine respiratory disease vaccine field efficacy. Bovine Pract. 59–68.
Sacco R.E., McGill J.L., Pillatzki A.E., Palmer M.V., Ackermann M.R. (2014). Respiratory syncytial virus infection in cattle. Vet. Pathol., 51: 427-436.
Salem E., Cook E.A.J., Lbacha H.A., Oliva J., Awoume F., Aplogan G.L., Hymann E.C., Muloi D., Deem S.L., Alali S., Zouagui Z., Fèvre E.M., Meyer G., Ducatez M.F. (2017). Serologic Evidence for Influenza C and D Virus among Ruminants and Camelids, Africa, 1991-2015. Emerg. Infect. Dis., 23: 1556-1559.
Schaefer A.L., Cook N.J., Church J.S., Basarab J., Perry, B., Miller C., Tong A.K.W. (2007). The use of infrared thermography as an early indicator of bovine respiratory disease complex in calves. Res. Vet. Sci., 83: 376-384.
Schelcher F., Valarcher J.F. (1999). Bronchopneumonies infectieuses des bovins. Comptes Rendus. Renc. Rech. Rumin., 6: 177-182.
Singh K., Ritchey J.W., Confer A.W. (2011). Mannheimia haemolytica: bacterial-host interactions in bovine pneumonia. Vet. Pathol., 48: 338-348.
Step D.L., Engelken T., Romano C., Holland B., Krehbiel C., Johnson J.C., Bryson W.L., Tucker C.M., Robb E.J. (2007). Evaluation of three antimicrobial regimens used as metaphylaxis in stocker calves at high risk of developing bovine respiratory disease. Vet. Ther. Res. Appl. Vet. Med., 8, 136-147.
Taylor J.D., Fulton R.W., Lehenbauer T.W., Step D.L., Confer A.W. (2010a). The epidemiology of bovine respiratory disease: What is the evidence for predisposing factors? Can. Vet. J., 51: 1095-1102.
Taylor J.D., Fulton R.W., Lehenbauer T.W., Step D.L., Confer A.W. (2010b). The epidemiology of bovine respiratory disease: what is the evidence for preventive measures? Can. Vet. J., 51: 1351-1359.
Thomas A., Dizier I., Trolin A., Mainil J., Linden A. (2002). Comparison of sampling procedures for isolating pulmonary mycoplasmas in cattle. Vet. Res. Commun., 26: 333-339.
Thomson D.U., White B.J. (2006). Backgrounding Beef Cattle. Vet. Clin. Food Anim. Pract., 22: 373-398.
Urban-Chmiel R., Grooms D.L. (2012). Prevention and control of bovine respiratory disease. J. Livest. Sci., 3: 27-36.
Wallemacq H., Boutet P., Zecchinon L., Desmecht D., Bedoret D., Ramery E., Lekeux P. (2007). Évaluation de l’efficacité du Caprofène lors de bronchoneumonie expérimentale bovine à Mannheimia haemolytica. Rev Med Vet., 158: 418-424.