seminiaire caprin



 

Filière caprine: Quelles perspectives de développement?

Benlekhal A., Direction de Développement des Filières de Production


L’élevage caprin au Maroc est représenté en 2009 par un effectif estimé à 5,7 millions de têtes dont 4,5 millions de chèvres et détenu par 302.000 éleveurs. Cet élevage présente des caractéristiques qui ont façonné son évolution depuis plusieurs décennies à savoir : une parfaite adaptation des animaux aux conditions du milieu, sa concentration essentiellement dans les zones de montagnes et de parcours des zones arides, sa faible productivité et sa conduite souvent marginale et typiquement traditionnelle.

Sur le plan des ressources génétiques existantes, on note une grande diversité et une hétérogénéité des types, due notamment au brassage aléatoire entre animaux sur parcours et un manque de programme de sélection dirigée.

En dépit d’un manque d’étude scientifique approfondie de caractérisation des races caprines, quatre types de population dominent au Maroc:

• une population caprine du Nord; de couleurs différenciées rappelant celles des races espagnoles, de types Murcia, Malaguena, à vocation lait;

• une population caprine de montagnes, à poil noir plus ou moins long, localisée autour du Moyen et Haut Atlas à vocation viande;

• Une population des Oasis (Draa) de robe hétérogène (marron, noir, tachetée...), prolifique, avec une production laitière plus ou moins importante;

• des races importées "Alpine, Saanèn, Murciana" peuplant quelques dizaine de fermes privées.

Depuis plus de deux décennies, l’élevage de la chèvre n’a cessé de susciter un intérêt croissant pour son développement. En effet, quelques actions concrètes ont été réalisées soit dans le cadre des plans d’action du ministère (projets de mise en valeur en bour, actions sanitaires, cession de reproducteurs sélectionnés,…), ou des activités génératrices de revenus financées par des institutions (Agences de Développement Régional, ADS, Programme INDH, …). Ces interventions ont été soutenues et accompagnées par des manifestations régionales de promotion dédiées à la chèvre (Foires de Chefchaouen, d’Essaouira et du Moyen Atlas).

Compte tenu de l’importance de la chèvre dans la formation du revenu d’une large couche de la population des régions à vocation caprine, et partant de quelques modèles réussis de projets, le Plan Maroc Vert a réservé une place importante pour la réalisation des projets de développement de cette filière. Ces projets tiennent compte des systèmes d’élevage caprin prédominants et dont l’option de production retenue varie selon les grandes zones d’élevage: le Nord est considéré comme zone à vocation lait, le Moyen Atlas, Haut Atlas et Arganier comme zone à vocation viande alors que le Sud et les zones sahariennes sont à vocation mixte.

En outre, il existe un système intensif à vocation « lait avec valorisation ». Les projets à réaliser par zone ci-dessus indiquées englobent les actions concrètes en matière de santé, alimentation, génétique animale et de valorisation de la production (produits de terroirs, labellisation). De même, des actions et mesures d’accompagnement de ces projets sont entreprises et portent sur:

• l’appui à l’organisation professionnelle;

• la formation des éleveurs et des techniciens (Centre Technique de Bellota);

• l’incitation et soutien aux éleveurs et aux organisations professionnelles pour l’acquisition du cheptel de qualité et l’investissement dans la valorisation de la production;

• la promotion des produits caprins;

• la Recherche & Développement; et

• la poursuite de l’identification des différentes populations caprines et leur caractérisation pour une meilleure valorisation.

 

Mots clés : Filière, caprin, situation, perspectives, développement, valorisation, lait, viande.

 

     
     

Retour ¦
Page d'accueil