Ressources génétiques Conduite d'élevage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La conduite de l’élevage ovin du Bour Atlantique (Race Sardi)

Conduite alimentaire

Les types d’élevage existant dans la zone diffèrent selon leurs localisations (périmètres irrigués, forêts, grands centres urbains) et leurs conduites alimentaires. En effet, on distingue trois types (Typologie des élevages ovins en Bour Intermédiaire Atlantique du Maroc, INRA-1995):

• Elevage ovin associé à la céréaliculture. Il se distingue par une participation quasi exclusive de l’exploitation agricole dans la couverture des besoins alimentaires du cheptel ovin. Il s’agit de la jachère et des sous-produits des céréales (chaumes et paille).Malgré ce lien commun, deux sous-types peuvent être différenciés sur la base du degré d’intensification de l’élevage ovin :

- Sous-type 1a : ce sous-type d’éleveurs s’est révélé majoritaire. Ils pratiquent une conduite traditionnelle basée sur l’exploitation des sous-produits de la céréaliculture et la jachère.
- Sous-type 1b : ce sous-type de gros éleveurs, pratique un élevage en intensif du point de vue investissement et conduite zootechnique. Il ne représente qu’une faible part des éleveurs. Dns ce sous-type les brebis sont supplémentées avec environ 1 kg d'aliment concentré (2/3 d'orge, 1/3 de tourteaux de tournesol et 20 g de CMV) durant le dernier mois de gestation, ainsi que durant la phase de lactation. Les béliers quant à eux reçoivent une supplémentation (flushing) pendant la lutte.

• Elevage ovin associé aux : fourrages, cultures maraîchères et industrielles. Il se distingue par la place importante qu’occupent les sous-produits des cultures industrielles (betterave à sucre, arachide et tournesol). Maraîchères (choux, carottes, navets etc.) et fourragères (avoine et orge fourragères, bersim).
• Elevage ovin associé aux ressources forestières. C’est un type d’élevage qui se base sur l’exploitation de la forêt, où le cheptel passe de 6 à 8 mois par an. Il se localise à proximité des forêts comme la Maâmoura.

Le calendrier fourrager de chacun de ces types d’élevage est représenté ci-dessous :

Calendrier fourrager de l’élevage ovin associé au type 1

Critères
Sep Oct Nov Déc Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jui Aou

-Chaumes

-Jachères

-Pailles

____

 

 

 

 

____

 

 

____

 

 

____

 

____

 

 

____

 

 

____

 

 

____

 

 

____

 

____

 

 

____

 

 

____

 

 

Foin et aliments
Concentrés

  ____ ____ ____                
Déprimage de l’orge       ____ ____              

Cultures fourragères (orge, avoine)

 

 

 

      ____ ____ ____  

 

 

Calendrier fourrager de l’élevage ovin associé au type 2

Critères
Sep Oct Nov Déc Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jui Aou
Chaumes+ Résidus des cultures maraîchères ____               ____ ____ ____ ____

-Jachères

- Bersim (loué)

 

 

 

 

 

 

____

 

____

____

____

____

____

____

____

____

____

____

 

 

 

 

 

 

Foins d'avoine et aliments
Concentrés

____ ____ ____                 ____
Déprimage de l’orge et d'avoine     ____ ____                
Paille d’arachide et aliments concentrés (Kénitra) ____ ____ ____ ____ ____              

Pâturage du vignoble (Skhirat)

____

____

____

             

 

____

Calendrier fourrager de l’élevage ovin associé au type 3

Critères
Sep Oct Nov Déc Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jui Aou

- Forêts

-Pailles

 

____

____

____

____

____

____

____

____

____

____

____

____

 

____

 

____

 

 

 

 

 

 

 

Foins et aliments
Concentrés

____ ____ ____ ____ ____ ____            
Chaumes (Melk ou loué) ____                   ____ ____
Orge déprimée       ____ ____              

Avoine fourragères et orge fourrager

 

 

 

    ____ ____ ____    

 

 

Conduite de la reproduction

La conduite de la reproduction dans cette zone diffère selon le type d’élevage. Au niveau du type 1, la lutte est libre en cas du sous-type 1a et contrôlée en cas du sous-type 1b. En effet, dans le sous type 1a le oubles béliers restent avec les brebis durant toute l'année. De ce fait, les agnelages sont répartis sur plusieurs mois. Par contre dans le sous-type 1b, où la lutte est contrôlée, il y a groupemnet des naissances avec trois agnelages en 2 ans, pour avoir des agneaux finis durant la même période afin de pouvoir vendre par lot et raisonner une alimentation adéquate pour toutes les brebis qui sont alors au même état physiologique.

Au niveau du type 2, la conduite de reproduction est caractérisée par une présence permanente du bélier dans le troupeau. L’agnelage est donc étalé sur toute l’année avec deux périodes : une période en automne (agneaux bekti) et une seconde au printemps-début été (agneaux Aoudi ou Aïdoudi). La majorité des éleveurs ne pratiquent pas le sevrage; néanmoins, les agneaux sont gardés dans les bergeries jusqu'à un mois d'âge, puis accompagnant le troupeau dans ses déplacements.

Quant au type 3, la lutte est lubre. Chez les grands et moyens élevaurs, le bélier reste avec le troupeau durant toute l'année. De ce fait, les agnelages sont répartis sur toute l'année; cependant, une période de concentration des naissances est décelée en automne-hiver. Le sevrage n'est généralement pas pratiqué; les agneaux restent avec le troupeau jusqu'à leur vente ou jusqu'au tarissement des brebis (Typologie des élevages ovins en Bour Intermédiaire Atlantique du Maroc, INRA-1995).

Contraintes

L’élevage ovin se heurte à plusieurs contraintes qui réduisent sa productivité, limitent son développement et mettent en péril sa pérennité. Parmi ces contraintes, deux ont été déclarées comme majeurs par les éleveurs représentant le type 1 :

• La non-disponibilité en eau pour l’abreuvement du cheptel surtout en mauvaises années climatiques, induite par la fréquence des années de sécheresse qui a causé une diminution ou même un tarissement des nappes.
• Cherté des aliments concentrés, des soins et des produits vétérinaires suite au désengagement de l’Etat (Typologie des élevages ovins en Bour Intermédiaire Atlantique du Maroc, INRA-1995).

Pour ce qui est du type 2, ce type d’élevage ovin se confronte à plusieurs contraintes qui ne diffèrent pas de celles rencontrées par les éleveurs du premier type, mais dont le degré d’importance peut varier. En effet, les petits et moyens éleveurs, appartenant à ce type se plaignent :

• De l’insuffisance d’espace de pâturage due à l’extension de l’utilisation et à l’installation des cultures en irrigué ;
• Du manque de main d’œuvre maîtrisant l’activité d’élevage et de son coût élevé quand elle est disponible ;
• De l’exiguïté et du morcellement des terres ;
• Des prix élevés des facteurs de production (aliments de bétail, produits vétérinaires, carburant, etc.) (Typologie des élevages ovins en Bour Intermédiaire Atlantique du Maroc, INRA-1995).

Les contraintes du type 3 sont communes au type 1 et 2. Notant l’existence de deux autres d’ordre écologique :

• La dégradation de la forêt de chêne liège à cause du surpâturage et l’absence d’aménagement de parcours forestiers ;
• L’extension de l’eucalyptus qui induit la réduction des ressources hydriques, des ressources fourragères, des terres agricoles et l’appauvrissement des sols
(Typologie des élevages ovins en Bour Intermédiaire Atlantique du Maroc, INRA-1995).

[Page d'accueil] - [Plan du site] - [Page précédente]